Tueur en série et cruauté envers les animaux : un lien évident !

Publié le 18 Juillet 2010

 
Cereale-killer.jpg
Tueur en série et Cruauté animale ?
Un lien évident !
 

Cruauté animale et violence humaine.
Les spécialistes s'entendent tous sur le fait que les mauvais traitements infligés aux animaux et l'abus de l'homme sont étroitement associé dans le crime et sont des indicateurs d'une psychose dangereuse qui souvent dépasse celle faite aux animaux. L'humain, qui est capable de violence envers un animal, peut certainement l'être envers un être humain et c'est prouvé.

Prenez par exemple le cas des tueurs en séries, les enquêteurs du FBI après avoir consulté leurs dossiers ont trouvé que tous avaient un passé lourd de cruauté envers les animaux, sans exceptions.

Le Docteur Albert Schweitzer humanitaire a dit « Quiconque s'étant habitué à regarder la vie de n'importe quelle créature vivante comme si elle n'avait aucune valeur, risque dangereusement de se faire aussi à l'idée que les vies humaines sont sans valeurs. » M.Alan C.Brantley (agent du FBI) a dit : « Certains agresseurs tuent et blessent des animaux en pratique avant de s'en prendre aux êtres humains. »

TED BUNDY, le célèbre tueur en série qui a viola et tua plus de 40 femmes, avoua avoir été témoin pendant son enfance de la violence que son père portait aux animaux.

Il avoua par la suite avoir lui-même torturé des animaux.

THOMAS LEE DILLION, tueur en série, tua plus de 1000 animaux en se promenant en voiture et en tirant sur les animaux du quartier.

Les sociologues, législateurs ainsi que les tribunaux sont tous convaincus sur le fait que les actes de cruautés perpétrés sur les animaux méritent toute notre attention. Elles sont les premières indications d'une pathologie de violence qui peuvent mener à la violence humaine.
Les agresseurs ou enfants qui abusent les animaux réagissent habituellement à la colère ou à la frustration avec violence et rage.

« Les tueurs commencent très souvent par torturer et tuer des animaux quand ils sont tout jeunes », selon Robert K. Ressler, qui a travaillé au FBI sur l'étude des profils des tueurs en série. Il mentionne aussi qu'il est très rare qu'un homme ayant porté des gestes de violences envers un animal ne s'en tienne qu'à ces derniers, plusieurs d'entre eux continuent leurs actes de violences sur les êtres humains.

La relation entre la maltraitance animale et les tueurs en série
Information du FBI concernant la cruauté contre les animaux

Ces derniers 18 mois nous avons vu sept fusillades à l'intérieur des écoles: pour chacun de ces cas, nous avons appris que les auteurs de ces crimes avaient abusé, torturé et tués des animaux avant de passer à des victimes humaines.
Le FBI utilise des rapports de cruauté sur les animaux pour analyser le potentiel de supposés criminels violents
Les maîtres d'écoles, les pères et étudiants sont avertis et entrainés pour débusquer les symptomes alarmistes. De fait, le Département de l'Education des Etats Unis, publie un pamphlet où l'on étudie la cruauté sur les animaux et où on la définit comme étant un symptome d'avertissement sur un jeune potentiellement dangereux.

En 1993, le Congrès National PTA concluait: " Les enfants élevés dans des notions de justice, de compassion pour les animaux, deviennent plus justes, pleins de bonté et considérés par leur entourage. Le fait de le maintenir dans cette ligne de caractère, aboutira à en faire des êtres tournés vers les autres, plus humains, plus respectueux des lois, des citoyens de valeurs."

Mai 1988/Springfield, Oregon: Kip K tua ses parents et deux compagnons de classe et en blessa 22 autres. Il avait déjà une histoire de crimes et tortures sur animaux, se vantant d'avoir "volé" une vache, tué chats et écureuils, en leur introduisant des pétards dans la gueule.

Mars 1988/Jonesboro, Ark.: Mitchell J et Andrew G tuèrent au fusil quatre étudiants et un enseignant. Un ami avoua qu'Andrew, tuait de temps en temps quelque chien avec un rifle calibre 22

Décembre 1977/West Paducah,Ky.: Michael C séquestra et tua trois de ses compagnons de classe pendant qu'ils étaient en prière.Il s'était déjà vanté auprès d'un ami d'avoir brûlé un chat sur un bûcher.

Octobre 1997/Pearl,Miss.: Luke W cogna sur sa mère jusqu'à la tuer, sur ce il tua avec arme à feu deux compagnons de classe et en blessa plusieurs autres. Dans son journal intime il avait écrit qu'avec un ami, ils avaient écorché, brûlé et torturé son chien, jusqu'à le tuer.

Abus sur les humains et abus sur les animaux: un crime.
Les actes de violence sur les animaux ont été largement reconnus comme des indicateurs d'une dangereuse psychopathie qui ne s'arrête pas sur les animaux eux-mêmes.

" Quiconque qui a été habitué à respecter la vie d'une quelconque créature vivante a des chances négligables d'en arriver à considérer la vie humaine comme négligeable elle-même", écrivit le ... Albert Schweitzer.

En accord avec Robert Ressler, qui étudie les profils des tueurs en série pour le FBI: "Les tueurs en série petit à petit, commencent en tuant et en torturant les animaux dans leur enfance".

Ces etudes ont convaincu les sociologues, les hommes de loi et les cours de justice, que les actes de cruauté sur les animaux doivent attirer notre attention. Ces actes seront les premiers symptomes d'une pathologie violente, qui suppose des victimes humaines.

Les abus sur les animaux ne sont pas seulement le résultat d'une déficience mineure de la personnalité de l'abuseur, mais plutôt un symptome d'une profonde perturbation mentale.

Les investigations de la psychologie et de la criminologie montrent que ceux qui ont commis des actes de cruauté sur les animaux ne s'arrêtent pas là, nombreux sont ceux qui passent à d'autres êtres humains.

Le FBI a démontré que les faits de cruauté sur les animaux sont un des traits qui apparaissent régulièrement dans leurs ordinateurs de statistiques, quand ils répertorient les antécédents des violeurs ou assassins en série. D'autre part le Manuel de Psychiatrie et Désordres Emotionnels répertorient la cruauté sur les animaux comme un critère de diagnostic pour les désordres de conduite.
Les études ont montré que les criminels violents et aggressifs sont plus à rapprocher des enfants ayant abusé des animaux que les criminels considéré comme non aggressifs.

Un examen psychiatrique effectué sur des patients qui ont régulièrement torturé des chats et des chiens, a démontré que tous présentaient des troubles importants d'aggression sur les gens, comme par exemple un patient qui avait assassiné un enfant. pour les investigateurs, . une fascination pour la cruauté sur les animaux est un signal d'alarme rouge dans la vie des vloleurs et assassins en série. Le fondateur de l'Unité de Sciences du comportement au FBI, Robert Ressler, a dit: " Ceux ci ont été des enfants qui n'ont jamais appris que c'était très mal d'arracher les yeux à un petit chien".

L'Histoire est pleine d'exemples notoires: Patrick C qui tua 14 compagnons de travail et se suicida ensuite, harcelait son chien et mutilait d'autres mascottes.

Earl Kenneth S, qui viola, poignarda et mutila un enfant de 7 ans, était connu par son voisinage pour introduire des pétards dans l'anus des chiens et pendre des chats.

Brenda S qui mit le feu dans une école de San Diego, tuant deux enfants et en blessant neuf autres, avait abusé de chiens et de chats. Souvent elle leur mettait le feu à la queue.

Albert De S, "l'étrangleur de Boston", qui tua 13 femmes attrappait dans sa jeunesse des chiens et des chats qu'il enfermait dans les grues à oranges et leur tirait des flèches qui traversaient les cagettes.

Carroll Edward C exécuté pour 5 des 35 homicides dont il fut accusé, a dit que son premier acte de violence, quand il était petit, avait été d'étrangler un petit chien.

En 1987, trois étudiants du secondaire furent accusés pour avoir tapé un compagnon de classe jusqu'à le tuer? Tous avait régulièrement pratiqué des actes de mutilation sur les animaux de nombreuses années avant. L'un d'entre eux a avoué avoir tué tant de chats qu'il en avait perdu le compte.

Deux frères qui avaient tué leurs parents avaient raconté avant à leurs compagnons de classe avoir décapité un chat

Le tueur en série Jeffrey D avait empalé des têtes de chiens, de chats et de grenouilles.

Plus récemment, Kip K en Springfield, Ore., et Luke W, 16, en Pearl, Miss., deux assassins de 15 ans torturaient des animaux avant de devenir alcooliques

Les étudiants de Columbine High Scholl Eric C et Dylan K qui tuèrent 12 de leurs compagnons de classe avant de se tuer eux-mêmes se vantaient d'avoir mutilé des animaux de leurs amis.

" Il y a quelque chose en commun à tous ces tireurs de ces dernières années" dit le ... Harold S. Koplewicz, directeur du Centre d'Etudes de la Ninez, à l'Université de New York.
" Nous sommes en face de jeunes qui présentent des symptomes d'aggression pour leurs semblables, un intérêt pour le feu, de la cruauté envers les animaux et beaucoup de signaux que les écoles ont ignorés."

Tristement, beaucoup de cette violence infantile chez ces criminels n'a jamais été examinée, jusqu'à ce qu'elle se retourne sur les humains. L'anthropologue Margaret Mead dit " une des choses les plus dangereuses qui puisse arriver à un enfant c'est de tuer un animal et de l'assumer.

J'en déduis que l'abus domestique est dirigé vers le plus fragile, l'abus d'animal et l'abus des enfants vont de pair.

Les parents qui nient à l'animal l'attention appropriée ou abusent d'un animal, abusent aussi et négligent leurs propres enfants

Sur 23 familles britanniques, avec un vécu de négligence envers les animaux, 83% étaient identifiés par les experts comme à risques d'abus et de négligence

Une étude sur les femmes battues montre que 57% d'entre elles disaient que leur conjoint maltraitaient ou battaient les animaux. Une sur quatre disait rester avec son conjoint violent par peur de laisser ses mascottes avec lui

Bien que l'abus sur les animaux soit un signe important d'abus sur les enfants, le père n'est pas toujours celui qui harcèle l'animal. Les enfants qui abusent des animaux, souvent, répètent la leçon apprise à la maison: et comme leur père ils répondent à l'angoisse et la frustration par la violence. Sa violence est dirigée vers l'unique être de la famille plus vulnérable encore que lui-même: l'animal.

Un expert a dit: " les enfants de foyers violentes se caractérisent par leur participation à des bagarres", dans lesquelles il peuvent mutiler ou tuer un animal. Assurément, la violence domestique est la base la plus commune pour la cruauté infantile contre les animaux.

C'est une certitude partagée entre psychologues que la cruauté contre les animaux est un des meilleurs exemple de la continuité des perturbations psychologiques de l'enfance à l'âge adulte. En bref, un diagnostic détaillé pour évaluer la cruauté infantile sur les animaux devra être bien établi et se faire conjointement avec le Collège de Médecine Vétérinaire de l'Université de Cornell

Ecoles, parents, communautés et Cours de justice qui considèrent l'abus sur les animaux comme un "délit mineur" ignorent UNE BOMBE A RETARDEMENT

Par contre, les communautés qui appliquent des peines sévères contre les abuseurs d'animaux, examinent les familles, recharchent d'autres signes de violence et feront intensément appel à un consultant pour les personnes concernées
Les communautés doivent reconnaître que l'abus d'une QUELCONQUE être vivant est inacceptable et constitue un danger pour tout le monde
En 1993, la Californie fut le premier état à passer une loi, l'accusation officielles de contrôle animal, pour contrer les abus infantiles.

Le rapport d'abus est déjà dans les législations du Connecticut, Washington, DC. Une législation similaire a été introduite en Floride. L'abus sur les animaux de compagnie est un signal d'alarme de l'abus des membres à "deux pattes" de la famille dit le représentant Steve Effman. " Nous ne pouvons plus jamais ignorer cette connection".

Après une étude approfondie des liens entre l'abus animal et l'abus humain, deux experts ont conclu: "L'évolution d'une majorité de gentils dans la société humaine doit alors être aidée par notre promotion d'une éthique plus positive entre les enfants et les animaux".


AUTRE ARTICLE SOURCE :http://lariposteanimale.unblog.fr/2009/09/05/10/


Bourreaux d’Animaux, bourreaux d’Humains : partenaires dans le crime !

“Les meurtriers… ont très souvent commencé en torturant et tuant des animaux alors qu’ils étaient encore des gosses” selon Robert K. Ressler, qui a développé des profils de tueurs en série pour le FBI. Des études qui ont depuis convaincu des sociologues, législateurs et tribunaux, que les actes de cruauté envers des animaux méritent notre attention. Ils sont le signal d’une pathologie violente qui peut inclure des victimes humaines.


Un long parcours de violence

Maltraiter un animal n’est pas le simple résultat d’un désordre mineur de la personnalité, mais le symptôme d’une perturbation mentale profonde. Les recherches en psychologie et en criminologie montrent que les gens qui commettent des actes de cruauté envers les animaux ne s’arrêtent pas là. Beaucoup d’entre eux reportent cette violence sur leurs semblables.

Le FBI a constaté qu’un des traits de caractère, qui apparaît régulièrement dans les bases de données de leur ordinateur sur les violeurs et les meurtriers en séries, est qu’ils ont eu un passé de violences envers des animaux. Le manuel sur le traitement des désordres psychiatriques inscrit la cruauté envers les animaux comme un critère diagnostique de trouble du comportement.

Des études ont démontré que les criminels violents et agressifs ont plus souvent maltraité des animaux quand ils étaient enfants que des criminels considérés non agressifs. Une enquête, sur des patients psychiatriques qui avaient torturé à plusieurs reprises des chiens et des chats, montra que tous avaient aussi un taux élevé d’agressions envers les gens, dont notamment un patient qui avait assassiné un garçon.

Pour les chercheurs, une fascination de la cruauté envers des animaux est un signal d’alarme du comportement psychotique des violeurs et des tueurs en séries. Selon Robert Ressler, le fondateur de l’unité des sciences comportementales du FBI, “Il y a des gosses qui n’ont jamais appris que c’est mal d’arracher les yeux d’un chiot.”


Tueurs notoires

L’histoire est remplie d’exemples tristement célèbres : Patrick Sherrill, qui tua 14 collègues de travail dans un bureau de poste, avait dans son passé volé des animaux de compagnie de son voisinage, pour que son propre chien s’exerce à les attaquer et les mutiler. Earl Kenneth Shriner qui viola, poignarda et mutila un garçon de 7 ans, était notoirement connu dans son quartier comme l’homme qui mettait des pétards dans le rectum des chiens et pendait des chats. Brenda Spencer, qui fit feu dans une école de San Diego, tuant deux enfants et blessant neuf d’autres, avait déjà torturé à plusieurs reprises des chats et des chiens en mettant notamment le feu à leurs queues. Albert DeSalvo, “l’étrangleur de Boston”, qui tua 13 femmes, piégeait pendant son enfance, des chiens et des chats dans des cageots et les tuait en lançant des flèches à travers les trous. Carroll Edouard Cole, condamné aux meurtres de 35 personnes, déclara que son premier acte de violence fut d’étrangler un chiot quand il était encore enfant.

En 1987, trois lycéens du Missouri furent inculpés pour avoir battu à mort l’un de leur camarade de classe. Plusieurs années auparavant, ils avaient commencé à pratiquer des actes de mutilations répétées sur des animaux. L’un avait par ailleurs avoué qu’il avait tué tellement de chats qu’il avait fini par ne plus les compter. Deux frères qui ont tué leurs parents, avait précédemment raconté à leurs camarades de classe qu’ils avaient décapité un chat. Le tueur en série Jeffrey Dahmer empalait des têtes de chiens, des grenouilles et des chats.

Plus récemment, les deux lycéens assassins : Kip Kinkel 15 ans de Springfield et Luke Woodham 16 ans de Pearl avaient torturé des animaux avant de faire feu dans leurs écoles. Eric Harris et Dylan Klebold, les étudiants du Lycée de Colombine, qui ont tué 12 camarades de classe avant de retourner leurs armes contre eux, s’étaient vantés auprès de leurs amis, d’avoir mutilé des animaux.

“Il y a un point commun à toutes les fusillades de ces récentes années,” déclara le docteur Harold S. Koplewicz, directeur du Centre d’Études sur l’Enfance à l’université de New York. “Vous avez un enfant qui a des symptômes d’agression envers ses pairs, un intérêt pour les armes à feu, la cruauté envers les animaux, l’isolement social, ce qui fait beaucoup de signes d’avertissement que l’école a ignorés.”

Malheureusement, beaucoup de ces criminels déjà violents dès l’enfance continuèrent leurs actes de cruauté sans qu’aucun soin ou mesures ne soient pris - jusqu’à ce que leur violence soit finalement dirigée vers des humains. Selon l’anthropologue Marguerite Mead : “Une des choses les plus dangereuses qui puisse arriver à un enfant, est de tuer ou torturer un animal et de s’en sortir sans aucune punition.”


Cruautés envers les animaux et violences conjugales

Parce que la violence conjugale est dirigée vers le plus faible ou l’impuissant, les mauvais traitements sur enfant et les mauvais traitements sur animal vont souvent de pair. Des parents, qui négligent le besoin d’un animal ou le maltraitent, peuvent aussi maltraiter ou négliger leurs propres enfants. Tandis que certains adultes ont conscience qu’ils ne doivent pas maltraiter leur enfant devant témoins, ils n’éprouvent pour leurs animaux familiers aucun scrupule à les maltraiter en public.

Dans 88 % des 57 familles du New Jersey, suivies pour mauvais traitements à enfant, l’animal du foyer subissait aussi des maltraitances. Sur 23 familles Britanniques avec un passé de maltraitance animale, 83 % furent identifiées par des experts comme ayant leurs enfants en danger de maltraitance ou de négligence. Dans une étude sur des femmes battues, 57 % d’entre elles qui ont des animaux familiers ont avoué que leurs compagnons avaient fait du mal ou tué leurs animaux. Une sur quatre déclara qu’elle restait avec son bourreau parce qu’elle avait trop peur de partir en laissant l’animal du foyer derrière elle.

Tandis que la violence envers l’animal est un signe important de mauvais traitements à enfant, le parent n’est pas toujours celui qui fait du mal à l’animal. Les enfants qui maltraitent les animaux peuvent répéter une leçon apprise à la maison. Comme leurs parents, ils réagissent par la violence à une colère ou une frustration. Leur violence est dirigée au seul individu dans la famille plus vulnérable qu’eux : l’animal. Selon un expert : “les Enfants qui vivent dans un foyer violent se caractérisent par le fait (…) d’avoir fréquemment participé à des scènes où c’est le plus fort qui s’octroie le droit hiérarchique de frapper le plus faible,” ordre hiérarchique dans lequel ils peuvent mutiler ou tuer un animal. En effet, la violence domestique est la toile de fond la plus commune à l’enfant maltraitant des animaux.


Arrêter le cercle de maltraitance

Selon Cornell de l’Université de Médecine Vétérinaire : “il y a un consensus de conviction parmi des psychologues (…) que la cruauté envers les animaux est un des meilleurs exemples de la continuité des troubles psychologiques de l’enfance à l’âge adulte”.

Les écoles, les parents, la communauté et les tribunaux qui considèrent que la maltraitance envers l’animal est un crime “mineur”, ignorent que c’est en fait une bombe à retardement. Au lieu de cela, la communauté doit fortement condamner les individus responsables de cruauté envers les animaux, contrôler si les familles ont (eu) d’autres signes de violence et exiger un suivi intensif des coupables. La communauté doit reconnaître que la maltraitance envers N’IMPORTE QUEL être vivant est inacceptable et met en danger tout en chacun.

En 1993, la Californie fut le premier État à passer une loi autorisant les “animal control” agents a rapporter également les mauvais traitements sur enfant. Une législation similaire fut ensuite adoptée dans d’autres États comme le Connecticut, l’Ohio et Washington. “La maltraitance sur animaux familiers est le signal d’avertissement d’une maltraitance faite aussi aux membres bipèdes de la famille,” déclara Steve Effman, représentant du projet de loi, “nous ne pouvons pas nous permettre d’ignorer cette connexion plus longtemps.”

De plus, on doit apprendre aux enfants à soigner et respecter les animaux dans leur droit propre. Après une étude approfondie sur les liens entre la maltraitance envers l’animal et la maltraitance envers l’humain, deux experts ont conclu : “l’évolution à des relations plus douces et bienveillantes dans la société humaine pourrait être augmentée par notre promotion d’une éthique plus positive et élevée entre les enfants et les animaux.”


Ce que vous pouvez faire :

Recommandez vivement à vos systèmes scolaires et juridiques locaux de prendre en compte sérieusement la cruauté envers les animaux. Les lois doivent envoyer un message fort : la violence contre n’importe quelle créature sensible - humaine et autre qu’humaine - est inacceptable.

Prenez conscience des signes de négligence ou de maltraitance sur des enfants et des animaux. Prenez au sérieux les enfants s’ils rapportent que des animaux sont négligés ou maltraités. Certains enfants ne parleront pas de leur propre souffrance, mais parleront de celle d’un animal.

Ne fermez pas les yeux sur des actes même mineurs de cruauté sur animaux commis par des enfants. Parlez à l’enfant et aux parents de celui-ci. Si nécessaire, contactez un assistant social.

 


  •  

Patrick FRASELLE

Copyright - Patrick FRASELLE

Le 18 juillet 2010 for - texts, links and pictures - checked and locked and saved.

© Juillet 2010 Patrick Fraselle - Tous droits réservés.

La collecte de textes n'est pas souhaitée.
Respectez la propriété intellectuelle.
Ce site est protégé.
Si toutefois vous désirez l'une ou l'autre partie de texte pour une utilisation, adressez-vous directement à l'auteur - mulittpsy@hotmail.com - qui se fera un plaisir de vous donner son accord. Il est aussi impératif et obligatoire de citer vos sources si vous rebloguez un texte.

Tous les textes présents sur ce site sont aussi protégés par le copyright des éditeurs ainsi que par la Sabam. 
Web Master : Patrick FRASELLE

Une faute d'orthographe, une coquille, une image absente, une vidéo désactivée ou un lien mort, prévenez l'auteur, il vous remerciera.

Rédigé par Patrick FRASELLE

Publié dans #Psychiatrie, #Violence, #Psychopathes, #Assassins

Repost 0
Commenter cet article

fermaton.over-blog.com (Clovis Simard,phD) 21/04/2012 13:31


 blog(fermaton.over-blog.com),No.28. - PSYCHOHISTOIRE. - Quand l'imaginaire rejoint la Raison !

Galgos Ethique Europe Joelle 29/06/2011 16:15



tiens  notre 2nd courrier à l'UNESCO dans le cadre UNESCO URGENCE.


http://pression-ethique-anti-corrida-europe.over-blog.com/article-unesco-urgence-77908571.html  


je pense qu'à l'heure actuelle l'urgence est vraiment l'UNESCO. IL FAUT BLOQUER CETTE MONSTRUOSITE. Le reste de toute façon maintenant est passé... Ils se renvoient la balle, ils cherchent à
gagner du temps.
PRIORITE A MOYEN TERME FAIRE BOUGER LES DEPUTES ET LES SENATEURS POUR LES 2 PROPO DE LOI INTERDICTION DES CORRIDAS... ET/OU ARRET DES SUBVENTIONS PUBLIQUES  ça s'arrêtera !



Galgos Ethique Europe Joelle 29/06/2011 16:13



tiens, réponse au premier courrier de GEE


http://pression-ethique-anti-corrida-europe.over-blog.com/article-esperpentico-m-jean-audouze-repond-au-courrier-de-gee-74765706.html


tu peux publier...


je t'envoie le 2nd courrier


amitié



Galgos Ethique Europe Joelle 29/06/2011 16:02



1er courrier de GEE à l'Unesco et à la culture...n'hésite pas à publier entièrement, juste mettre le lien merci.


http://pression-ethique-anti-corrida-europe.over-blog.com/article-inscription-esperpendique-courrier-unesco-et-culture-de-galgos-ethique-europe-73246482.html


Une réponse, celle de M. Jean AUDOUZE, président de la commission nationale française à l'Unesco.



Galgos Ethique Europe Joelle 29/06/2011 15:47



VOICI LA REPONSE RECUE A L INSTANT... personne ne signe, quel courage !


et tonton Freddy veut nous faire croire qu'il ne soutient pas l'entrée de la corrida à l'Unesco, ils se foutent vraiment de la gueule des POV'CONS !



Galgos Ethique Europe Joelle 29/06/2011 15:41



ok avec la réponse que je viens de recevoir de l'Unesco commission nationale française, même pas signée d'un nom de pékin


je t'envoie les liens???


amitié


joelle



Galgos Ethique Europe Joelle 29/06/2011 00:55



j'ai publié ce soir déjà sur pression-ethique-anti-corrida-europe.over-blog.com avec ton lien...


oui je regarderai ta lettre à tonton Freddy  fo qu'on devienne le cauchemar de ses nuits,déjà il a enlevé son petit planning de son site officiel... Allo maman bobo qu'est-ce qui m'ont fait
les vilains Zantis c pas bo !


Vraiment la honte !


Deux lettres à l'Unesco et à la culture, si tu veux les publier aussi je te donne nos liens.


 


 



Damoclès 29/06/2011 12:00



Super !


Tu peux m'envoyer les liens pour les deux lettres.


A cette adresse :


mulittpsy@hotmail.com


Bien  à toi.


Pat



Galgos Ethique Europe Joelle 28/06/2011 11:46



Merci Damoclès, je vois que tu es déjà membre de nos communautés... j'ai créé la com amis animaux anticorrida. Dommage que nous n'ayons pas assez le temps de mieux nous connaître les uns les
autres, nous gagnerions en efficacité d'action.


Je fais dans la soirée un lien sur nos blogs Unanimus, galgos-ethique-europe, pression-ethique-anti-corrida-europe sur overblog avec l'article vers cette page.


allez zou, on continue !


 



Damoclès 28/06/2011 12:51



OK, tu peux aller aussi voir ma lettre à Frédéric le Connard Immatériel, c'est le tout dernier article de mon blogue. Je l'ai envoyé à BB et publié sur FB, si tu veux faire un lien là-dessus
aussi ce serait bien : ma lettre décape à l'acide...


 


Patrick Fraselle alias Damoclès



Galgos Ethique Europe Joelle 28/06/2011 11:09



Merci, excellente étude qui devrait devenir un élément de base dans tout dossier aux autorités. Dans nos pétitions ou nos dossiers, nous citons souvent l'étude du FBI publiée également sur nos
blogs.


Si vous le souhaitez, bienvenue dans nos communautés, dont "amis animaux et anticorrida" et "défense des animaux".


Cordialement,


Joëlle



Damoclès 28/06/2011 12:49



Tant mieux, que cela tourne !


Patrick Fraselle alias Damoclès