Pourquoi je hais et méprise au plus haut niveau cette société et pourquoi je suis devenu un défenseur absolu de la cause animale

Publié le 21 Mars 2016

chiennoy

chiennoy

chiennoy chiennoy

 

 

Chien jeté vivant dans l'eau, enfermé dans un sac-poubelle, les pattes entravées avec des cordes et le museau bloqué avec du papier adhésif

 

Pour pouvoir placer le papier adhésif sur la gueule du chien, son maître avait préalablement caressé son chien "amoureusement" pour l'attirer auprès de lui : d'un point de vue psychiatrique cela relève du psychopathe profond ainsi que du pervers-narcissique totalement atteint.

 

Voici le genre d'individu que les juges hautement incompétents estiment ne pas devoir punir ?

 

Une merveilleuse "invention" de l'être humain.

 

Cautionnée par une justice qui ne punit pas ou bien qui laisse libre les assassins des animaux.

 

Futurs assassins de vos enfants.

  •  

Pourquoi je ne supporte plus cette société et pourquoi je suis devenu un ardent défenseur de la cause animale ?

Dans la chaîne trophique, l’Homme à l’égo boursouflé, est le plus inférieur ainsi que le plus fragile de tous les animaux. Dernier arrivé sur cette terre, immense destructeur, car la Nature n’a pas besoin de lui et fonctionne admirablement bien sans lui, il dépend « activement » de toutes les interactions biologiques. Il est l’objet fragile de toutes les interactions du monde animal qui elles-mêmes sont en lien avec toutes les interactions du monde végétal. Prétentieux ainsi qu’avide, l’Homme s’imagine pouvoir faire la loi là où des lois naturelles --- qui lui échapperont toujours ---, le détruiront avant qu’ils n’en comprennent les simples tenants ainsi que les simples aboutissants. Il détruit la Mère Nature car il est dans l’envie de sa puissance ; mais, cette nature lui portera la mort avant qu’il n’en maîtrise l’alpha.

Ce ce que l'on appelle scientifiquement "le spécisme" pour lequel l'Homme serait un "être supérieur"; par conséquent, il peut tout démolir. Tout détruire, tout s'approprier pour son seul "égo" ou "bien-être". Le problème c'est que le spécisme ne tient aucun compte des lois naturelles ainsi que de l'éveil à l'éthique de l'être humain qui possède une conscience de niveau nul. La Nature qui est le Dieu le plus fort aura, évidemment, détruit l'homme avant qu'ils ne comprennent, du haut ridicule de sa prétention, les règles et lois naturelles de la dite Nature

http://fr.wikipedia.org/wiki/Antisp%C3%A9cisme

  •  

L’Homme appartient à la Nature, la Nature n’appartient pas à l’Homme !

L’Homme est une erreur de fond de la théorie darwinienne et n’a pas de place sur cette terre...

  •  

link sur le spécisme

  •  

C’est une scorie, un parasite, du pus, un abcès, du prurit, une verrue cellulaire, un cancer émotionnel, le cancer de la Terre, un prédateur névrotique.

  •  

Sous prétexte de Culture (?) l’Homme détruit ses racines les plus subtiles, son lien « simple » à la terre, ses fondements les plus puissants ainsi que les plus archaïques, au sens anté-historique du terme. C'est le spécisme et l'anthropocentrisme aveugle. C’est pourquoi, je souhaite sa destruction ainsi que son éradication. Sa disparition. Sa présence n'aura représenté que souffrance, barbarie, sadisme, destruction et violence.

Cet homme-là ne me plaît pas, ne m’intéresse pas en tant que frère de partage. Quand l’Homme respectera le végétal et l’animal, je le respecterai ; en attendant, cet individu ne m’intéresse plus.

 

Je préfère l’odeur putréfiée des bois que la puanteur infecte de l’Homme ; je préfère mes interactions avec le monde animalier vivant que cet Homme mort-vivant car désincarné de tout coeur et tellement vide de sens…

 

Voilà pourquoi je défends la cause animale, par "haine" de ce qu'est  l’Homme devenu autant que par admiration profonde pour un monde vivant, dont les scientifiques découvrent encore et encore chaque jour des fonctionnements autant que bien des mystères… C'est la biodiversité.

 

Encore être envahi par l'étonnement comme un enfant peut être magiquement envahi par les étoiles du ciel...

 

Voilà pourquoi je suis Militant et Cyber-Activiste animalier.

  •  

Sur terre TOUT dysfonctionne. Pourri de la partie la plus basse de la pyramide jusqu'à son sommet. Au-delà, des centaines d'humains merveilleux se battent comme ils peuvent pour tenter de ré-équilibrer cette insigne violence...

 

Cet Homme-là, je suis en lien avec, celui qui se bat contre la destructivité; cet-Homme-là, je me bats avec lui et je suis à ses côtés.

 

Relation à l'animal et au vivant : protection animale et stratégies diverses

 

 

  • Les particuliers qui ont un animal, l’aime-t-il, ou le martyrise-t-il ?;  Bien souvent, des particuliers achètent un animal comme « passe-temps » ou comme « divertissement ». Non dans une relation d’affection ou d’amour ; pour preuve, quand "on" part en vacances ou bien que l'on déménage "on" les abandonne ou bien on les laisse crever de froid, de faim, de soif ou de manque de tendresse.
  • S’il advient un bébé dans la famille, la maman change de jouet et « jette » l’animal qui a servi à sa compensation névrotique passagère. Alors on le cloître sur une terrasse, dans une cave, on ne le promène plus, on ne le nourrit plus, on ne l’abreuve plus, on le laisse lentement mourir, on l’abandonne sur une route ou bien on le fait euthanasier, le jouet névrotique à fait son temps au "bien-être" de l'humain et, il ne mérite plus, dès lors, aucune forme de gratitude ou bien de respect. En tant que psychanalyste, je peux affirmer que comme elle change de relation d’objet dans un non-respect à la vie, elle fera exactement la même chose avec son enfant plus tard, s’il s’avère qu’elle imagine que son enfant l’ennuie à un moment ou à un autre… La névrose se déplaçant dans la relation objectale. Par ailleurs, dans le respect de la vie, je ne vois pas en quoi la vie d’un bébé est plus importante que celle d’un chien ? Ils ont chacun une place affective. Différente, certes, mais aussi importante dans le contexte du respect à toute forme de vie… sur cette terre ;
  • Je ne vois pas en quoi la mort de 300.000 personnes, suite à un tremblement de terre est plus triste ou plus dramatique que l’extinction d’une espèce animale non humaine ? La vie sur cette terre est une sorte de grand laboratoire et la mort frappe partout à travers des catastrophes naturelles, elle l’a toujours fait et elle le fera toujours. 300.000 Hommes en plus ou en moins ne changent rien à l’affaire. Bien sûr, on ne souhaite pas la mort aux personnes mais comment puis-je être en empathie avec 300.000 personnes que je ne connais pas et avec lesquelles je n’ai eu aucun rapport affectif ? Les JT nous gavent de ces informations dont on a rien à faire et que de toute façon on ne peut gérer tant matériellement qu’émotionnellement. 
La solidarité, à ce stade, est du mensonge. On ne saurait être solidaire avec le monde entier même s’il est mieux de se sentir « citoyen du monde » conscient dans un rapport à la vie qu’indivis dans son fauteuil, télécommande en main. Etre « citoyen du monde » conscient dans son rapport à l’univers, c’est un état d’esprit permanent, c’est être en lien avec la nature ainsi qu’avec toute vie sur cette terre ; et c’est loin que de croire se déculpabiliser en versant 2 euros à une fondation parce qu’il y a eu un drame à l’un ou à l’autre endroit du monde. Ingérable, bien sûr ! L'aumône judéo-chrétienne est faite... 
  • Je préconise  l’instauration légale d’un permis de capacité émotionnelle à détenir un animal ;
  • L’animal n’est pas un produit de consommation comme des cigarettes, quelques bières, un nouveau dvd, pour compenser le temps aux personnes qui s’ennuient : c’est un être vivant avec des besoins physiologiques, affectifs, émotionnels et médicaux. Les animaux souffrent jusqu’à se laisser mourir de la perte à l’attachement. Beaucoup d’animaux sont plus intelligents que l’Homme. Beaucoup d'entres-eux possèdent des cacapacités physiologiques que l'Homme devrait respecter avec la plus haute admiration.

 

Beaucoup d’animaux possèdent des facultés intuitives ou bien physiologiques bien supérieures à l’Homme et que l’homme ne connaît pas encore scientifiquement ;

 

  1. Recenser et détecter les laboratoires d’expérimentation ;
  2. Surveiller les conditions de transports de tous types d’animaux (volailles, bestiaux, chevaux, autres…) ;
  3. Surveiller les cirques de nos régions ;
  4. Recenser et détecter les éleveurs pour la fourrure ;
  5. Surveiller les éleveurs de chiens et de chats, certains font un beau travail ; d’autres, exploitent et martyrisent les femelles jusqu’à l’épuisement physiologique pour la reproduction ;
  6. Les fêtes de village qui maltraitent les animaux par tradition populaire… ;
  7. Les Etats massacrent les animaux en lien avec des "cultures" batârdes ainsi qu'ancestrales et ils osent parler de "culturisation ?"
  8. Autres…
  •   

 

L’Homme ne respectant rien si ce n’est que son seul profit, j’estime que le niveau de violence vis-à-vis du monde animal a atteint la limite de l’insupportable et marque horriblement la dégénérescence tant que la décadence d’une société dite « moderne » (on se croirait propulsé plusieurs siècles en arrière tant notre société est devenue infernale autant qu’abjecte) ; que plus aucune forme d’éducation ou bien de pédagogie, eu égard au niveau tant à la différenciation de la barbarie, de la cruauté envers les animaux-humains ou non humains. Que seuls des actions ou des peines exemplaires ainsi que sans détours doivent remplacer les discours hypocrites, mensongers ambiants et faisant l’aune ainsi que le modèle d’une société entièrement en perdition de toutes valeurs éthiques ou permettant un quelconque progrès humain. D'un point de vue psychopathologique, la violence sur les animaux est un déplacement de la violence future et potentielle de l'Homme sur l'Homme. Un méfait sur un animal NON puni est "une main" dans le rouage de la barbarie de l'Homme sur l'Homme.

 

Boycotts absolus des Etats-Bandits par le biais économique avec lettres de désaccords aux irresponsables de ces pays.

 

Postulat conclusif :

Nous vivons dans un monde de violence infecte, de barbarie ainsi que de cruauté totale. Une seule valeur, l’argent ! Et ce, protégé par le Pouvoir ainsi qu'une justice corrompue  se trouvant être elle-même à la solde de ce même pouvoir : à un moment donné, il est totalement naïf de s'imaginer que tous les discours dit "culturels" ou "pacifistes" qui devraient permettre de faire grandir l’Homme vont permettre d'endiguer cette violence...

  slide0005 image019

A un moment donné, on est tous tellement manipulé par le pouvoir que pour faire bouger les choses, la violence appelle la contre-violence légalisée car c'est l'unique solution quand on a tout essayé. Cette société nous manipule : quand un pédophile viole et encule un bébé, il faut lui faut une leçon à la hauteur de son méfait et non le mettre en prison avec tout le confort et TV plasma, soit avec sursis, soit libéré 2 ans après. Quand des gens martyrisent des animaux à coups de machette ou bien coupent les 4 pattes d'un chien ou d'un chat à la hache, il leur faut une leçon à la hauteur de leurs méfaits. Ce sont sur le plan clinique, des psychopathes et pensez-vous que 250 euros d'amende et 3 mois de prison vont éduquer pédagogiquement un psychopathe ? Non il recommencera dès sa sortie de prison, s'il en fait..., puisque la « justice » corrompue est récupérée par cette société à la solde du Dieu pognon.
A un moment donné, les discours représentent du vent, il faut de l'action mais l'homme "moderne" est-il frileux ?

 

Attention, ici pas de terrorisme ! la cyber-activité peut être une contre-violence efficace. Ils en existent d'autres. Il  s'agira toujours de puissance de réponse et non, bien sûr, d'illégalité. Cela déforcerait notre validité ainsi que notre crédit public !

 

Par ailleurs, au risque de me contredire, je suis contre les prisons qui ne forment que des colériques enragés et, je ne sais s'il y a une solution à la violence des hommes ? Les prisons et la peine de mort étant des concepts sans doute obsolètes ! Mais par quoi pourrait-on les remplacer ? Le débat est ouvert.

 

  •  

 

Si vous imaginez soigner la laideur par du bla-bla, je ne peux que vous laisser à votre naïveté...

J’adhère à quelques pensées ; et, ces auteurs ne sont pas n’importe lesquels :

 

« Il vient une heure où protester ne suffit plus. Après la philosophie il faut l’action, la vive force achève ce que l’idée a ébauché. » Victor Hugo

 

« Toute société qui n'insiste pas sur le respect de toute vie doit nécessairement aller en diminuant. »

Albert Einstein

«L'une des choses les plus dangereuses qui puissent arriver à un enfant est de tuer ou de torturer un animal et s'en tirer sans punition pédagogique. » Margaret Meade, anthropologue.

 « L'exposition à des violences sur les animaux mènera à la fabrication de tueurs en série. » « On juge la valeur d’une nation à la façon dont elle traite ses animaux. » Ghandi

 

« L’homme moderne a perdu contact avec lui-même, avec autrui et avec la nature. Transformé en marchandise, il éprouve ses forces vitales comme un investissement dont il doit tirer le maximum du profit possible en rapport avec les conditions du marché. Les rapports humains sont essentiellement des rapports entre automates aliénés, chacun assurant sa sécurité en s’efforçant de rester proche de la foule et de ne pas s’en distinguer en pensée, sentiment ou action. Dès lors, chacun reste absolument seul, en proie à l’insécurité, l’angoisse et la culpabilité, tous sentiments inéluctables lorsque l’on ne parvient pas à surmonter la solitude humaine. »

Erich Fromm, "L’art d’aimer", ouvrage de psychanalyse issu du courant humaniste

 

 trouduk16

 

trouduk20

Chasses vendues à des riches, la maison a sa façade à Paris :

le résultat !

 

  •  

 

Patrick FRASELLE

Copyright - Patrick FRASELLE

Le 21 mars 2016 for - texts, links and pictures - checked and locked and saved.

© Mars 2016 Patrick Fraselle - Tous droits réservés.


La collecte de textes n'est pas souhaitée.
Respectez la propriété intellectuelle.
Ce site est protégé.
Si toutefois vous désirez l'une ou l'autre partie de texte pour une utilisation, adressez-vous directement à l'auteur - mulittpsy@hotmail.com - qui se fera un plaisir de vous donner son accord. Il est aussi impératif et obligatoire de citer vos sources si vous rebloguez un texte.

Tous les textes présents sur ce site sont aussi protégés par le copyright des éditeurs ainsi que par la Sabam. 
Web Master : Patrick FRASELLE

Une faute d'orthographe, une coquille, une image absente, une vidéo désactivée ou un lien mort, prévenez l'auteur, il vous remerciera.

Repost 0
Commenter cet article

cdvd 27/09/2016 09:13

Un monde parfait c'est pas possible ,entre animaux il se tue ,pretateur contre petit, les plus faibles .l'homme reste comme vous dite maitre de lui meme ,notre propre enemie c'est nous meme .peut etre un jour viendra que la nature va nous exterminee tous .Mais ,je veux pas dire que homme sont tous mauvais comme par exemple vous ou autre sur se site. L'argent tue les gens l'argent c'est mieux que les gens l'amie de homme ,l'homme n'aime pas le repect de la nature pas tous heuresement ,ils font tout pour etre maitre sur cette terre, quand il aura plus rien a prend se sera la fin de l'humanite,pas tu monde.je suis revolte pas la haine du mal contre le bien .

gisele 23/05/2016 23:32

Vous êtes formidable. Je suis tout à fait d'accord avec ce que vous écrivez. J'ai envie moi aussi de déverser ma haine, car j'ai un trop-plein de tristesse. Mais je me retiens et ça me donne des crampes au ventre. La souffrance animale m'est insupportable ! La cruauté pratiquée par tous ces gens inconscients ou cons-cients. Marre d'entendre mes connaissances dire qu'ils aiment les animaux, ceux-là mêmes qui n'hésitent pas à abandonner leur propre animal, à écraser les chats et les pigeons. Quelle hypocrisie cette race humaine, pfff...
Quand j'étais jeune, j'avais la joie de vivre parce que j'étais dans l'ignorance de toutes ces ignobilités. J'ai 40 ans, et moins envie de vivre dans ce monde de cruauté. Me sens tellement impuissante ! L'horreur du martyr animal me poursuit dans mes nuits. Heureusement, le chant des oiseaux au petit matin me donne un peu de bonheur pour vivre ma journée. Sans les animaux, nous sommes perdus, anéantis ! Les cons ne le savent pas encore ...

Dans la gorge de Damoclès 24/05/2016 08:52

Je suis aussi au bord de l'écoeurement - totalement impuissant -. "Essayez" de canaliser votre douleur comme moi : pétitions blogues être vigilant autour de soi en rapport aux animaux être bénévole à la SPA être promeneur de chiens ne plus manger de viande ne plus boire de lait, etc. Je sais nous sommes maintenant pot de terre contre pot de fer mais la tendance s'inverse dans le monde entier. Bien à vous. Et merci pour vos encouragements. Patrick FRASELLE

Roland Paret 03/07/2011 19:35



Bonjour,


nouveau venu sur le blogue, permettez-moi de faire un commentaire sur la "culture", mot passe partout confondu délibérément avec les moeurs par les escrocs.Cette confusion permet aux pires
ennemis de la culture de proclamer "Touche pas à ma culture!" pour justifier les moeurs les plus ignobles


A propos, pourquoi ce fusil sur cette photo ?


Bien entendu, je vous apporte mon soutien inconditionnel.



Dans la gorge de Damoclès 03/07/2011 20:13



En psychologie, il existe des binômes : inné-acquis, nature-culture, etc.


Il ne s'agit pas des "cultures" politiques ou autres des peuples.


Il s'agit de faire la différence historiquement ainsi que sociologiquement entre l'Homme qui "sort" de la jungle - la nature - et l'Homme dit moderne avec des prétendues valeurs et évolutions
dans un système de valeurs - la culture.


On sait que c'est une blague. L'Homme est toujours à l'ère de l'homme préhistorique.


Il n'a pas évolué d'un iota sauf sur le plan technologique.


Merci pour votre commentaire.


P.S. : quel fusil ?



Patrick Fraselle 02/06/2011 19:04



Merci d'avoir lu cet article !


Merci pour votre soutien ainsi que vos encouragements...


Vous pouvez partager cet article de différentes façons pour rendre les gens à la conscience.


Bien à vous.


P.F.



valerie 02/06/2011 15:13



Un jour l'homme devra rendre compte de ses méfaits. Je suis persuadée que les animaux nous sont supérieurs ; leur esprit s'élève  bien au dessus du nôtre. Je suis  terriblement 
horrifiée de ce qu'on leur fait subir (barbarie gratuite, abattoirs, corridas, abandons...) sont le reflet de notre bêtise et notre immaturité : c'est tellement plus simple quand on se sent
incapable d'affronter la vie de se venger sur des êtres qui ne peuvent pas se défendre, car ils ne sont ni tordus ni pervers ni manipulateurs. Notre planète court à sa perte et nous les
entraînons dans ce chaos. Quelle tristesse!!! J'admire votre combat et le soutiens.



Brigitte 01/04/2011 13:09



Encore des photos, des actes terribles je peux plus supporter là j 'écris mais je peux pas regarder cette photo horrible c 'est dégoutant , frustrant l homme est trop cruel 10 animaux entourent
ma vie de tous les jours des animaux que j 'ai arrachés à une mort certaines j 'aimerais tellement faire de même pour toutes ses pauvres bêtes mais je me sent tellement impuissantes,je pleure de
tout mon corps de voir autant de barbarie et pourtant cette societé existe belle et  bien  puante et déstructrice alors que nos animaux comme l'a dit si bien Victor Huguo sont bien les
anges de notre terre!!!quel gachis!!!



SAVANE 22/12/2010 07:28



patrick suis entierement ok avec toi ...! mais comment peut ton vivre en paix dans cette societe pourrie ..moi j ai du mal et suis fervente defenseuse de la cause animale ..merci ....



Michèle FERRER 22/06/2010 16:06


Patrick, tout ce que vous écrivez est tellement vrai. Que rajouter de plus ? Ca fait un bien énorme de savoir qu'une personne telle que vous existe sur cette terre. Vous êtes un être
Extraordinaire, vous me réconciliez avec l'être humain. MERCI POUR LES ANIMAUX.