Lettre au service vivisection de l’Université de Liège

Publié le 20 Juin 2010

  Chats-vifs.jpg

 

 

 

Psychiatrie et violence sur les animaux

 

 

Horreural

 

Précision du 27 septembre 2013 par Patrick FRASELLE

 

Les laboratoires indépendants de vivisection ou les universités utilisant la vivisection dans leurs services, utilisent des méthodes nazies vis-à-vis des animaux torturés. Je l'ai écrit dans l'article et je le maintiens, tout le monde le maintient. C'est le langage des internautes de la protection animale relevant de la plus grande généralité comme de la plus grande banalité.

 

Une étudiante de la section vétérinaire (Fanny) a été forcée de boire 20 litres d'eau lors de son baptême. Elle est tombée dans le coma et elle aurait pu mourir.

 

Le Recteur de l'Université de Liège lui-même a dit le 26 septembre 2013 :

"Ce sont des méthodes nazies et je vais sanctionner ces étudiants".

http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=dmf20130926_00366172

 

Décidément l'Université de Liège est cohérente avec elle-même, elle utilise les méthodes nazies vis-à-vis des animaux dans les facultés vétérinaires, de médecine et de pharmacie et même via ses propres étudiants à travers des bizutages idiots qu'elle n'est même pas capable de réglementer ainsi que de contrôler.

 

 

Lettre au service vivisection de l’Université de Liège

 

(écrite en 2010, continuée et affirmée après la manifestation à Liège du samedi 17 septembre 2011 organisée par le CAV)

 

 --- Ce courrier s'adresse également aux diverses universités du monde entier, à l'ensemble des soit-disants chercheurs, à tous les sadiques oeuvrant dans les différentes industries cosmétiques et autres lieux barbares... A tous les bandits en col blanc qui financent ce genre de pratique impunément... ---

 

 

Je m’adresse à vous en tant que citoyen bien que je dirige mon association de protection animale.

 

Principe de l’association : révéler l'horreur et les atrocités commises envers les animaux derrière des portes fermées, via des actions directes non-violentes. Dénoncer les faits des particuliers, des associations à intérêts financiers au mépris de la vie, des universités, des lobbies divers et commerciaux ou des états-bandits.

 

Dénonciation sur des sites internets, à la presse ou à toute association ou organisme susceptible d’importuner publiquement ou politiquement ces organismes ou institutions qui se placent systématiquement en défaut d’éthique vis-à-vis du vivant, dans son ensemble. Sous le prétexte de recherche et se cachant derrière d’éventuelles textes de loi qui les disculpent hypocritement...

 

En fait, une lutte contre des menteurs et des violeurs : VOUS, les vivisecteurs, chercheurs-menteurs, scientifiques véreux et autres financiers corrompus (car tout cela qu'est qu'un commerce juteux et rien d'autre ! )

 

Vous, les vivisecteurs, qui s’imaginent détenir la vérité en instituant une dynamique de pouvoir violente ainsi qu’intolérable sur une partie du vivant sensible et, souffrant les pires atrocités. Et ce, encore, sous le prétexte de la recherche qui est à la solde du pouvoir politique ainsi qu’à la solde d’autres groupes financiers ou bien pharmaceutiques. Alors qu’il existe d’autres modèles scientifiques ainsi que des modèles mathématiques pour éviter toute lésion sadique inutile. Le mépris ainsi que l'argent vous occupent, et rien d'autre. Ingrats manquant de liens aux valeurs spirituelles, la vie, en fait, à part le fric qu'elle rapporte (animale ou humaine), ne vous intéresse en rien. Vous mourrez sans avoir compris le sens du chemin sur cette terre. Je vous plains, il n'y a pas pire façon d'être bête, idiot, stupide, ridicule autant que vide, que la vôtre. Vous êtes, en fait aussi stupide qu'un footballeur ou bien qu'un supporter manipulé. Votre propre égo malade fait que vous ête une partie des déchets de l'humanité. Simplement prétentieux, vous êtes pathétiques. 

 

Vous n'êtes que déchets !

 

J'aimerai disséquer votre psychopathologie mentale et ainsi, vous ravaler à votre propre infra-nullité.

 

En fait, vous me faites pitié !

 

Vous n'êtes que déchets !

C'est utile de vous le répétez.

 

Vos modèles sont historiquement inspirés des camps de concentration ainsi que des méthodes nazies quand ces derniers faisaient leurs expériences sur ces humains juifs ou autres "ennemis" inventés.  Disparus dans des souffrances affreuses, humiliantes et déshonorantes pour l'Homme.

 

Vous n'êtes qu'un retard pour l'évolution de l'humain.

Vous n'êtes qu'un sous-ramassis d'emmerdeurs.

Sachez que les emmerdeurs, on les casse.

 

 Vous êtes à la solde sadique inconsciente de perpétuer ce modèle psychopathologique en vous cachant derrière une dialectique justificatrice "bien huilée" : le bien-être de l'humanité.

 

Rassurez-vous personne n'y croit !

 

Vous êtes aussi méprisable que la cellule Busch - président dictateur -.  Ce fasciste légalisé autorisant les sévices ainsi que les tortures infligées aux prisonniers de Abou Graib et de Guantanamo. C'est cela les valeurs culturelles, spirituelles des Hommes ?

 

Vous n'êtes que des fascistes.

 

« Vous n’êtes pas obligé d’aimer les animaux mais foutez leur la paix ! »

 

« Toute société qui n'insiste pas sur le respect de toute vie doit nécessairement aller en diminuant. »

Albert Einstein

  

Liège, le  20 juin 2010                    Objet : expérimentation animale et vivisection

A l’attention de :

Faculté de médecine et de l’Université de Liège

Recteur@ulg.ac.be, Cabinet.Recteur@ulg.ac.be, Vice-Recteur@ulg.ac.be, Pierre.Wolper@ulg.ac.be, F.Coignoul@ulg.ac.be, ViceRecteur@fsagx.ac.be, G.Moonen@ulg.ac.be, jleemans@ulg.ac.be, cclercx@ulg.ac.be, fbillen@ulg.ac.be, fsnaps@ulg.ac.be, fdelvaux@ulg.ac.be, dpeeters@ulg.ac.be, jdetilleux@ulg.ac.be, sclaeys@ulg.ac.be

 

« Des expérimentateurs rendent des chiens et des chats malades à Liège.
La Faculté de Médecine Vétérinaire de l’Université de Liège mène des expériences démentes sur des chiens et des chats. Des chiens et des chats sont obligés de respirer des gaz toxiques pendant de longues minutes.
Pour cela les animaux sont enfermés dans des boîtes en plexiglas ou sont équipés d’un masque à gaz. C’est ainsi qu’à l’Université de Liège on essaie de provoquer artificiellement des affections des voies respiratoires. Des animaux sains sont sciemment rendus malades ! Il ressort des articles publiés que les animaux bavent, vomissent, souffrent de diarrhée et de suffocation. De telles expériences sont non seulement cruelles mais en plus non fiables sur le plan scientifique.
Dans d’autres expériences, des petits chiens en bonne santé ont reçu par gavage de fortes doses d’un médicament contre l’incontinence pour en étudier les effets secondaires, comme l’éjaculation rétrograde. A cette occasion les expérimentateurs ont « stimulé » avec leurs mains les parties génitales des petits beagles mâles.
Je soutiens la Coalition Anti-Vivisection à 100 % dans leur campagne contre les expériences sur les chiens et les chats à Liège et je mettrais en action le principe énoncé ci-dessus. 
»

 

 

Dans la chaîne trophique, l’Homme à l’ego boursouflé, est le plus inférieur ainsi que le plus fragile de tous les animaux. Dernier arrivé sur cette terre, immense destructeur, car la Nature n’a pas besoin de lui et fonctionne admirablement bien sans lui, il dépend « activement » de toutes les interactions biologiques.

 

Il est l’objet fragile de TOUTES les interactions du monde animal qui elles-mêmes sont en lien avec TOUTES les interactions du monde végétal. Prétentieux ainsi qu’avide, l’Homme s’imagine pouvoir faire la loi là où des lois naturelles --- qui lui échapperont toujours ---, le détruiront avant qu’ils n’en comprennent les simples tenants ainsi que les simples aboutissants. Il détruit la Mère Nature car il est dans l’envie de sa puissance (selon le concept psychanalytique de M. Klein) ; mais, cette nature lui portera la mort avant qu’il n’en maîtrise l’alpha.

 

L’Homme appartient à la Nature, la Nature n’appartient pas à l’Homme. L’Homme est une erreur de fond de la théorie darwinienne et n’a pas sa place sur cette terre. C’est une scorie, un parasite, du pus, un abcès, du prurit, une verrue cellulaire, un cancer émotionnel, un prédateur névrotique.

 

L’Homme ne respectant rien si ce n’est que son seul profit, j’estime que le niveau de violence vis-à-vis du monde animal a atteint la limite de l’insupportable et marque horriblement la dégénérescence tant que la décadence d’une société dite « moderne » (on se croirait propulsé plusieurs siècles en arrière tant notre société est devenue infernale autant qu’abjecte) ; que plus aucune forme d’éducation ou bien de pédagogie, eu égard au niveau tant à la différenciation de la barbarie, de la cruauté envers les animaux-humains ou non humains. Que seuls des actions ou des peines exemplaires ainsi que sans détours doivent remplacer les discours hypocrites, mensongers ambiants et faisant l’aune ainsi que le modèle d’une société entièrement en perdition de toutes valeurs éthiques ou permettant un quelconque progrès humain.

 

D'un point de vue psychopathologique, la violence sur les animaux est un déplacement de la violence future et potentielle de l'Homme sur l'Homme. Un méfait sur un animal NON puni est "une main rouge" dans le rouage de la barbarie de l'Homme sur l'Homme.

 

L’animal a droit au respect le plus total : il n’est ni un jouet, ni un punching-ball, ni le lieu des résolutions de vos névroses sadiques non résolues ni des dérives comportementales de psychopathes cycliques ; pour cela, je vous conseille la psychothérapie et la psychiatrie lourde assortie de la chimiothérapie adéquate.

 

Votre propre bêtise signant votre auto-consummation,

je vous confirme dans mon intense mépris autant que dans ma réjouissance...

 

singe - merde - front

Des "chercheurs" ont écrit MERDE en anglais sur le front de ce petit singe.

Mépris suprême.

Avez-vous le courage de rentrer en lien avec le regard de ce petit animal

qui nous fait confiance et que les "chercheurs" humilient ?

 

vivisection-chiens- 11

 

vivisection-trois

 

Vivisection-quatre

 

doigt accusateur n°7

 

Patrick Fraselle,

psychanalyste-psychothérapeute

inspecteur de terrain à la SRPA de Liège

 

  •  

 

Patrick FRASELLE

Copyright - Patrick FRASELLE

Le 20 juin 2010 for - texts, links and pictures - checked and locked and saved.

© Juin 2010 Patrick Fraselle - Tous droits réservés.


La collecte de textes n'est pas souhaitée.
Respectez la propriété intellectuelle.
Ce site est protégé.
Si toutefois vous désirez l'une ou l'autre partie de texte pour une utilisation, adressez-vous directement à l'auteur - mulittpsy@hotmail.com - qui se fera un plaisir de vous donner son accord. Il est aussi impératif et obligatoire de citer vos sources si vous rebloguez un texte.

Tous les textes présents sur ce site sont aussi protégés par le copyright des éditeurs ainsi que par la Sabam. 
Web Master : Patrick FRASELLE

Une faute d'orthographe, une coquille, une image absente, une vidéo désactivée ou un lien mort, prévenez l'auteur, il vous remerciera.

 

 

 

"À l’université de Liège, les lapins sont des objets d'étude pour des expériences orthodontiques. Ces animaux doivent subir des opérations chirurgicales douloureuses afin de tester des matériaux pour des implants. Toutes les expériences se terminent par la mort.  Comme d’habitude, le comité d’éthique ULG n’a aucune objection. Pourquoi devraient-ils ! Mr. Pierre DRION qui assiste à ces expériences sur des lapins, est lui-même membre du comité d'éthique…   Le pire, c'est qu'il existe d'excellentes méthodes alternatives pour ce genre d'expériences !  Nous pouvons peut-être déposer une plainte auprès du comité déontologique fédéral ? Oubliez ça. Mr. DRION n'est pas seulement membre du comité d'éthique de Liège, mais fait également partie du comité fédéral. Le monde hypocrite de la vivisection est petit.  Honte à vous ULG… Honte à vous !"

"À l’université de Liège, les lapins sont des objets d'étude pour des expériences orthodontiques. Ces animaux doivent subir des opérations chirurgicales douloureuses afin de tester des matériaux pour des implants. Toutes les expériences se terminent par la mort. Comme d’habitude, le comité d’éthique ULG n’a aucune objection. Pourquoi devraient-ils ! Mr. Pierre DRION qui assiste à ces expériences sur des lapins, est lui-même membre du comité d'éthique… Le pire, c'est qu'il existe d'excellentes méthodes alternatives pour ce genre d'expériences ! Nous pouvons peut-être déposer une plainte auprès du comité déontologique fédéral ? Oubliez ça. Mr. DRION n'est pas seulement membre du comité d'éthique de Liège, mais fait également partie du comité fédéral. Le monde hypocrite de la vivisection est petit. Honte à vous ULG… Honte à vous !"

Quand CAV a publié un rapport critique sur l’expérimentation animale à Liége, l’ULG ne pouvait trouver un seul argument : "La vivisection, ça n'existe plus à l'université de Liège. Il convient de parler plutôt de protocoles expérimentaux chirurgicaux sous anesthésie générale contrôlée".  En effet: le ""mot"" vivisection n'est plus utilisé à ULg. Par contre, le scalpel et la perceuse de crâne sont toujours en usage ! La CAV exhorte l’ULG à montrer la réalité des faits et à se justifier publiquement sur la souffrance insensée des animaux !

Quand CAV a publié un rapport critique sur l’expérimentation animale à Liége, l’ULG ne pouvait trouver un seul argument : "La vivisection, ça n'existe plus à l'université de Liège. Il convient de parler plutôt de protocoles expérimentaux chirurgicaux sous anesthésie générale contrôlée". En effet: le ""mot"" vivisection n'est plus utilisé à ULg. Par contre, le scalpel et la perceuse de crâne sont toujours en usage ! La CAV exhorte l’ULG à montrer la réalité des faits et à se justifier publiquement sur la souffrance insensée des animaux !

Repost 0
Commenter cet article