La justice - analyse sociologique et philosophique : lamentable état des lieux

Publié le 23 Novembre 2013

corruption-copie-2

Postulat de base et justice : hormis des cas extrêmement précis réellement objectivables ou d'une violente dangerosité à l'égard dela société, personne n'a de droit sur personne. Encore moins, le droit de critiquer ou de juger autrui qu'ils soient jurés, juges, avocats et magistrats. Personne n'a à avoir d'emprise sur personne. La justice au-delà d'être une abstraction, est un leurre, une manipulation sociétale, une insigne hypocrisie. Elle n'est en aucun cas pédagogique et plus loin, elle ne répare rien ni personne?

 

La justice belge, européenne et mondiale sont corrompues, truquées, biaisées.

La justice est contrôlée et pervertie par les pouvoirs en place. La justice n'est pas indépendante, les tiroirs ne sont pas étanches. Tout n'est que politique, magouilles, corruptions, franc-maçonnerie et intérêts partisans.

La police aussi est manipulée, violente, idiote, récupérée, stupide, rarement efficace ou corrompue. 

Lamentable état des lieux de la "justice"

La justice n'existe pas. C'est une abstraction. Une mentalisation conditionnée de l'esprit humain.

Un espoir naïf. Une construction dialectique. Une farce de notre civilisation ainsi que de nos sociétés pourries.

  •  

Une justice qui méprise la souffrance animale, la souffrance des femmes, la souffrance des hommes ainsi que la souffrance des enfants et, qui rend des jugements ridicules ne saurait être impliquée dans le respect du vivant.

  •  

Petite équation actuelle :
Violence par des animaux-humains sur d'autres animaux-humains.

Violence par des animaux-humains sur des animaux-non humains.

 

Précision sur notre monde actuel : il serait sans doute plus pertinent d'appeller les hommes les inhumains et les animaux des humains...

Voire des animaux-mains ou des animains !

 

1 violence -

2 loi -

3 punition -

4 justice -

 

  •  

(Petit arrêt sur image préalable et plus que nécessaire avant de continuer le raisonnement)

POSTULAT

(°5) une atteinte au réel, une blessure, un sévice, une torture, une mutilation,  un meurtre, sont irrévocablement irréparables à jamais -

  •  

6 soit-disant accès à l'humanité car la  "justice" s'inscrirait dans un contexte d'avancée culturelle tant qu'anthropologique - ?

7 mensonge éhonté tant que "culturel" car retour au point n° 5 qui est "une atteinte au réel est irrévocablement irréparable à jamais" -

(base pour le raisonnement)

8 aussi, il faudrait honorer notre assassin et lui pardonner à notre détriment car cela serait et instituerait une "avancée mentale personnelle et culturelle". Ainsi, je devrais le remercier qu'il ait travaillé ainsi à ma propre évolution psychique pour me permettre un dépassement (le pardon soumis) ainsi qu'à l'évolution de l'humanité en tuant ma femme en violant mon enfant ou en tuant mon chien -.

(du point de vue psychanalytique, ce tour de passe-passe qu'essaie d'imposer notre société est ce que l'on nomme la perversion de la manipulation à un haut degré)

9 première conclusion = paradoxe logique - par fuite de la barbarie, dysfonctionnement total de l'application des lois ou des punitions comme fonctions pédagogiques

10 laxisme - dysfonctionnements encore -

11 ensuite pour compliquer l'équation : magistrature en partie corrompue polluée par le politique -.

12 avocats procéduriers et grassement rétribués -.

13 justice est un pouvoir malade et non une fonction citoyenne -.

14 justice devient justice impossible car au départ le raisonnement est un leure ainsi qu'une abstraction -.

15 ensuite, comme elle est corrompue, elle renforce la naïveté du système par ses malversations régulières -;

16  ainsi présentée, se voulant être le contrôle du viscéral par condescendance culturelle ("on ne se fait pas justice soi-même"), elle n'invite, telle qu'elle (dys)fonctionne actuellement, que le citoyen à se faire justice lui-même.

17 ainsi hors naïveté ainsi que prétention "d'évolution culturelle", il me semble que la Loi du Talion permet de rencontrer une justice idéale.

18 la prison ainsi que la peine de mort ne régule pas la violence par la peur et n'empêchent en aucune façon les dérives, la folie ainsi que le très haut niveau psychopathologique de notre société.


Et il faut faire 5 ans de droit à l'université

pour comprendre cette ineptie ?


Je demande donc naïvement et sans grande solution :
l'application des lois;

le révision de certaines lois;

la mise en place de nouvelles lois;
des règles;

une pédagogie par la punition pédagogique (cadre, respect du cadre et valeur paternelle);
des punitions adéquates à la hauteur du méfait et non des peines du genre "1 mois avec sursis et 23,50 euros d'amende plus un p'tit rouge comme récompense";
l'abolition de la prescription - encore une honte - que les avocats procéduriers utilisent pour que leur client coupable ne soit jamais jugé;
un contrôle de la magistrature par un organisme extérieur car nous savons que la magistrature est un état dans l'état, qu'elles est criblée d'intérêts partisans ainsi que de francs-maçons qui s'épaulent au-delà de la justice;

une autre approche du concept de "sursis";

Une abolition définitive du sursis;

l'abolition de toute forme d'immunité : je ne vois pas en quoi un individu devrait pouvoir bénéficier d'une immunité quelconque, c'est un homme qui a commis un méfait comme tous les autres.
l'abolition du concept il n'y a pas de justice il n'y a que du droit.

 

  •  

La justice, qu'elle soit appliqué ou non, n'existe pas. C'est une hypocrisie, une abstraction ainsi qu'une vue de l'esprit de l'Homme.

  •  

 

La justice n'inviterait donc qu'à l'application de la loi du Talion ainsi qu'à la vengeance personnelle, que j'entrevois comme un réel instinct de survie car la "Culture" a éloigné trop l'Homme de la "Nature."



Comme une espèce de loi de la jungle ?

En fait il n'existe aucune solution valable quand un animal ou une personne a été atteint dans son intégrité.



La "justice" devient donc, par là un double concept hypocrite.

 

Une victime sera toujours perdante ou traumatisée à jamais.  

Une souffrance irréparable.

Un meurtre non rétro-actable.

Une mutilation non guérissable.



Aucune justice ne guérira la violence de la vie.

 

En Belgique, l'affaire Dutroux a été étouffée pour protéger qui ?
Aussi, il faut pointer l'imbécillité ainsi que l'incompétence profonde de la magistrature ainsi que la ridicule stupidité (voulue ou non ?) des corps de police. 
 
Rien ne change, la racaille politique ainsi que le niveau de magouilles financières des partis belges ne sont JAMAIS punies.
Dans ce pays on ne torture et punit que le citoyen. 
 
Nous sommes donc dans une dictature déguisée et légalisée.
Si l'affaire Dutroux rebondit il faut impérativement lui emboîter le pas pour faire tomber les bandits en col blanc de notre gouvernement : la racaille politicienne belge se partageant le gâteau.
 
Sociologiquement et dynamiquement c'est une chance de s'insinuer dans cette brèche.
Il est plus que temps d'amorcer un tournant dans ce monde de mensonge, de perversion ainsi que de corruption légalisée.
 
Il est temps aussi de faire tomber la monarchie honteusement surenrichie avec les deniers citoyens et d'instituer une république.

Patrick FRASELLE

Activiste, cyber-activiste et militant animalier

Ex-inspecteur de terrain à la SRPA de Liège - Belgique

 

 

 

Copyright - Patrick FRASELLE

Le 23 novembre 2013 for - texts, links and pictures - checked and locked and saved.

© Novembre 2013 Patrick Fraselle - Tous droits réservés.


La collecte de textes n'est pas souhaitée.
Respectez la propriété intellectuelle.
Ce site est protégé.
Si toutefois vous désirez l'une ou l'autre partie de texte pour une utilisation, adressez-vous directement à l'auteur - mulittpsy@hotmail.com - qui se fera un plaisir de vous donner son accord. Il est aussi impératif et obligatoire de citer vos sources si vous rebloguez un texte.

Tous les textes présents sur ce site sont aussi protégés par le copyright des éditeurs ainsi que par la Sabam. 
Web Master : Patrick FRASELLE

Une faute d'orthographe, une coquille, une image absente, une vidéo désactivée ou un lien mort, prévenez l'auteur, il vous remerciera.

Justice, mon cul !

Justice, mon cul !

Repost 0
Commenter cet article