L'Homme abject !

Publié le 17 Mars 2016

 

 

L'homme abject

 

 

Dans la chaîne trophique, l’Homme à l’ego boursouflé, est le plus inférieur ainsi que le plus fragile de tous les animaux. Dernier arrivé sur cette terre, immense destructeur, car la Nature n’a pas besoin de lui et fonctionne admirablement bien sans ce sinistre et triste sire, il dépend « activement » de toutes les interactions biologiques.

 

Il est l’objet fragile de toutes les interactions du monde animal qui elles-mêmes sont en lien avec toutes les interactions du monde végétal. Prétentieux ainsi qu’avide, l’Homme s’imagine pouvoir faire la loi là où des lois naturelle --- qui lui échapperont toujours ---, le détruiront avant qu’il n’en comprenne les simples tenants ainsi que les simples aboutissants.

 

Ce processus est maintenant en marche et une majorité de scientifiques ont prévu une "espèce de fin du monde" vers 2050...

 

Il détruit la Mère-Nature car il est dans l’envie de sa puissance donc il la méprise en la détruisant - un des mécanismes de défense de l'envie -. La destructivité. (selon le concept psychanalytique de M. Klein) ; mais, cette nature lui portera la mort avant qu’il n’en maîtrise l’alpha. L’Homme appartient à la Nature, la Nature n’appartient pas à l’Homme.

 

L’Homme est une erreur de fond de la théorie darwinienne et n’a pas sa place sur cette terre. C’est une scorie, un parasite, du pus, un abcès, du prurit, une verrue cellulaire, un cancer émotionnel, un prédateur névrotique.

 

L’Homme ne respectant rien si ce n’est que son seul profit, j’estime que le niveau de violence vis-à-vis du monde animal a atteint la limite de l’insupportable et marque horriblement la dégénérescence tant que la décadence d’une société dite « moderne » (on se croirait propulsé plusieurs siècles en arrière tant notre société est devenue infernale autant qu’abjecte) ; que plus aucune forme d’éducation ou bien de pédagogie, eu égard au niveau tant à la différenciation de la barbarie, de la cruauté envers les animaux-humains ou non humains. L'homme est toujours coincé dans les affres primaires de son cerveau reptilien vieux de 60 millions d'années.

 

Culture ? Mon oeil. Nous sommes bel et bien dans la "jungle" et dans rien d'autre.

 

Que seuls des actions juridiques adéquates ou des peines de prisons exemplaires ainsi que sans détours doivent remplacer les discours hypocrites, mensongers ambiants et faisant l’aune ainsi que le modèle d’une société entièrement en perdition de toutes valeurs éthiques ou permettant un quelconque progrès humain qui lui sera spirituel et non frico-technologique. 

 

D'un point de vue psychopathologique, la violence sur les animaux est un déplacement de la violence future et potentielle de l'Homme sur l'Homme. Un méfait sur un animal non puni est "une main" dans le rouage de la barbarie de l'Homme sur l'Homme.

 

L’animal a droit au respect le plus total : il n’est ni un jouet, ni un punching-ball, ni le lieu des résolutions de vos névroses sadiques non résolues ni des dérives comportementales de psychopathes cycliques ; pour cela, je vous conseille la psychothérapie et la psychiatrie lourde assortie de la chimiothérapie adéquate. Voire l'internement à vie.

 

  •  

 

Principe des associations de protection animale

 

Révéler l'horreur et les atrocités commises envers les animaux derrière des portes fermées, via des actions directes. Dénoncer les faits des particuliers, des associations à intérêts financiers au mépris de la vie, des universités, des lobbies divers et commerciaux ou des états-banditsDénonciation sur des sites internets, à la presse ou à toute association ou organisme susceptible d’importuner publiquement ou politiquement ces organismes ou institutions qui se placent systématiquement en défaut d’éthique vis-à-vis du vivant, dans son ensemble.  Sous le prétexte de recherche et se cachant derrière d’éventuelles textes qui les disculpent... Voire hors-la-loi.

 

Vivisection, qui s’imagine détenir la vérité en instituant une dynamique de pouvoir violent ainsi qu’intolérable sur une partie du vivant sensible et souffrant les pires atrocités. Et ce sous le prétexte de la recherche qui est à la solde du pouvoir politique ainsi qu’à la solde d’autres groupes financiers ou bien pharmaceutiques. Alors qu’il existe d’autres modèles scientifiques ainsi que des modèles mathématiques pour éviter toute lésion sadique inutile.

 

Vos modèles prétentieusement appelés "scientifiques" sont historiquement inspirés des camps de concentration ainsi que des méthodes nazies quand ils faisaient leurs expériences sur ces humains juifs disparus.

 

Vous êtes à la solde de votre inconscient sadique, non psychanalytiquement travaillé, pour perpétuer ce modèle psychopathologique en vous cachant derrière une dialectique justificatrice "bien huilée" : le « bien-être » de l'humanité. Rassurez-vous personne n'y croit ! Simplement vos deniers vous motivent... Ce sont des psychopathes ainsi que des pervers en liberté.

 

  •  

 

Je prône pédagogiquement, défends et agis

L'écriture ironique, cynique et acerbe, la destruction psychique par le verbe acide, la destruction émotionnelle par le démontage psychanalytique de la personne méprisant la vie animale ou toutes formes de vie, le cyber-activisme, la réalité du terrain (inspection par les associations officielles de protection animale), le hacking justicier style "Wikileaks", les pétitions, les plaintes déposées aux tribunaux internationaux, la dénonciation publique par la technique du buzz internet, étant donné que dans une humanité vendue aux magistrats achetés, aux euro-députés planqués, aux politiques vérolés par les lobbies financiers, la violence n'appelle qu'à la contre-violence via les moyens légaux.

 

 

Credo :

Combat - justice - activisme - prise de position ferme - cyber-activisme sont les seuls mots d'ordre dans une humanité dirigée par des psychopathes. De ces psychopathes, malades mentaux qui ne se soucient ni du citoyen, ni des fleurs, ni des abeilles ni de la souffrance animale. Ni des enfants qui meurent ni des humains qui souffrent. 

 

Venez avec moi pour écrire, partager, proposer, critiquer, collaborer, discuter, solutionner, se fâcher, s'exprimer, se lâcher, penser, réfléchir, suggérer ensemble, démonter la façon dont tous les pouvoirs en place nous manipulent.

 

Les idéalistes de la beauté ainsi que du respect contre les obscènes racailles qui massacrent la magie de toutes formes de vie.

 

Le monde actuel étant construit sur le principe dynamique de la pyramide : léguant tous les privilèges ainsi que tous les avantages matériels ou vitaux aux systèmes capitalistes ainsi qu'à leurs "soldats-défendants", ceux qui gravitent au sommet de la pyramide, en rendant l'individu qui se trouve en bas, exsangue et parsemé de dettes, pour mieux les tenir en laisse et  "à la gorge."

 

Replacer l'Homme à sa juste place

 

La terre n'appartient pas à l'Homme, l'Homme appartient à la terre : le Capital a mis les atouts en place pour pulvériser la force révolutionnaire, l'individuation positive ou le sens chohésif du groupe se mobilisant (inconscient groupal) en nivelant la pensée et le comportement humain par le bas ainsi que dans un moule pré-formaté contrôlable par le pouvoir des "soldats-défendants". Identification sécuritaire à la masse soumise.

 

Les Banquiers, les Financiers, les Economistes, les POLITIQUES représentant l'interfa(r)ce de toutes les corruptions narcissiques et, à leur unique profit. les Groupes Alimentaires, une partie des Magistrats récupérés, une partie des Juges récupérés, une partie des Avocats et Consorts corrompus et récupérés ainsi que les Pouvoirs Policiers agissant la répression à outrance sans agir la prévention ainsi que la proximité, (véritables états parallèles dans l'Etat - abus de pouvoir policier - débordements et violences policières jamais jugées ni punies), sans compter toutes les Castes amies et interpénétrées qui travaillent en sourdine et "sous les pavés" à leurs profits personnels à l'encontre de l'individu et allant, ainsi, à contrario du développement ou de la protection de la Nature ainsi qu'à l'épanouissement et l'expansion de la Vie et de la Planète, en général.

 

Nous avons besoin d'un nouveau 1789, l'humanité est vidée de son sang vif par tous ces "soldats-défendants." Nous sommes englués dans un système politique d'hyper-mépris actif se servant, utilisant, avilisant, humiliant l'individu et par-là, ne le respectant pas.

 

Bien qu'étant à la fois pianiste, écrivain et psychanalyste-psychothérapeute, mon centre d'intérêt probablement le plus virulent, est mon implication "active" dans la défense des animaux, la protection animale, l'élaboration de la reconnaissance de leur supériorité à l'Homme sur cette terre. Je suis membre de différents groupes et j'implique ma plume féroce et sans pitié, ainsi que sans compromission dans différents articles ainsi que dans différentes attaques "en règle" vis-à-vis de tous les voleurs ainsi que les violeurs de la vie...

 

Qu'ils soient particuliers d'abord, contres les états-bandits, contre les lobbies économiques pratiquant des méthodes nazies, ainsi que contre la majorité des hommes politiques pratiquant le jeu de l'égo plutôt que le bien-être du citoyen.

 

Alter-Mondialiste, mes idées sont d'aller dans le sens de la vie d'aider et d'aimer les Hommes, les Animaux et la Nature (et il n'y a pas un droit de pré-séance dans ce choix !).

 

Il est grand temps que l'homme sache qu'il n'est qu'un déchet biologique "hasardeux" et qu'à l'échelle de l'énergie spatio-temporelle, ces prétentions relèvent du plus haut ridicule.

L'Homme n'a aucun droit sur cette terre ! Il n'est que grain de médiocre vanité. Poussière de Cosmos.

 

Même si une partie des hommes se battent pour de belles missions ainsi que pour de merveilleuses causes. L'Homme est capable du meilleur, mais il ne possède aucun droit sur cette terre. Il n'en est que le "locataire" imbu, agressif et prétentieux.

 

Sur cette terre TOUT dysfonctionne. Tout est pourri de la partie la plus basse de la pyramide jusqu'à son sommet, tous domaines confondus... Au-delà, des centaines d'humains merveilleux se battent comme ils peuvent pour tenter de ré-équilibrer cette insigne violence ainsi que de cette honteuse avidité. Un espoir naïf sans doute ?

 

La justice devant préalablement être définie comme une farce ou bien une blague de mauvais goût est un pouvoir malade, corrompu ou indifférent à la souffrance animale ou humaine. Retrouvons la puissance "animale" et instinctuelle issue de la Nature, la Culture étant un leurre et sous le couvert d'une dialectique "politiquement correcte autant que bien enrobée, nous met à genoux ou nous déforce.

 

La justice est à la solde du pouvoir.

 

Cessons d'être des larves, des Hommes castrés et soumis : faisons justice nous même !

Retrouvons la puissance d'une loi naturelle chez l'Homme, le sens commun.

 

Je ne veux pas de ce monde de dangereux psychopathes profonds où tout est pourri-corrompu-volé-violé-méprisé-détourné-truqué-perverti-violenté-détruit par l'équation trio-logique classique :

 

1) Le Capital en lien avec le nazisme destructeur de tous les lobbies;

 

2) Lobbies eux-mêmes protégés par l'ensemble des représentants

politiques pervertis ainsi que corrompus au dernier degré;

 

 3) Politiques vomissant sur la vie des citoyens en se faisant protéger

par le dernier maillon, l'Etat policier en lien avec un système

juridique corrompu ou dysfonctionnant...

 

Protection animale droits des animaux cyber-activisme répondre à la violence par la contre-violence légalisée ! Pourquoi ? Parce qu'une partie de  la magistrature est soit politisée, non concernée ou corrompue... Et qu'elle n'applique ni les règles ni les jugements adéquats; ou, donne des peines ou des amendes à en mourir de rire ou de honte.

 

Ces peines et jugements ne sont pas des exemples "pédagogiques" permettant à la société de prendre conscience donc d'évoluer qualitativement. Cette société manque de valeurs paternelles de cadre, de structure ainsi que de punitions; notre société est entièrement laxiste. La violence est notre lot quotidien et, "normale" car devenue entièrement banalisée.

 

Partant, la société n'applique pas ou ne se donne pas les moyens politiques ou légaux de combattre l'insigne barbarie ainsi que l'infecte violence faite à l'endroit du vivant. L'être humain, spéciste imbu, pense que toute vie lui appartient et méprise la souffrance infligée aux animaux et viole journellement sa propre mère, la Nature.

 

L'Homme n'a strictement aucun droit sur cette terre : la vie appartient à la nature ainsi qu'aux chaines trophiques animales. Répétons-le !

 

L'Homme étant le "petit dernier" de se(r)vice, primaire présomptueux, ainsi qu'à l'égo psychopathologiquement malade et boursoufflé. Le monde dans lequel nous vivons est sur le plan des réalités un immense asile d'aliénés !

 

"La plus grande tragédie de la condition humaine est que la vaste majorité des êtres humains sur terre semble être satisfaite de leur vie quotidienne ou à tout le moins, ne se pose aucune question sur la signification existentielle de l’homme en tant qu’espèce, en tant que groupe ou concernant sa destinée individuelle "

 

Je respecterai l'Homme qui arrêtera de s'auto-mépriser en cultivant sa propre laideur.

 

Patrick Fraselle

psychanalyste-psychothérapeute

militant pour la cause animale

 

 

Patrick FRASELLE

Copyright - Patrick FRASELLE

Le 17 mars 2016 for - texts, links and pictures - checked and locked and saved.

© Mars 2016 Patrick Fraselle - Tous droits réservés.


La collecte de textes n'est pas souhaitée.
Respectez la propriété intellectuelle.
Ce site est protégé.
Si toutefois vous désirez l'une ou l'autre partie de texte pour une utilisation, adressez-vous directement à l'auteur - mulittpsy@hotmail.com - qui se fera un plaisir de vous donner son accord. Il est aussi impératif et obligatoire de citer vos sources si vous rebloguez un texte.

Tous les textes présents sur ce site sont aussi protégés par le copyright des éditeurs ainsi que par la Sabam. 
Web Master : Patrick FRASELLE

Une faute d'orthographe, une coquille, une image absente, une vidéo désactivée ou un lien mort, prévenez l'auteur, il vous remerciera.

 

  •  

 

« Vous n’êtes pas obligé d’aimer les animaux mais foutez leur la paix ! »

 

« Toute société qui n'insiste pas sur le respect de toute vie doit nécessairement aller en diminuant. »

 

Albert Einstein

 

  •  

 

L'humanité disparaitra, bon débarras par Yves Paccalet

 http://dans-la-gorge-chaude.over-blog.com/article-entretien-yves-paccalet-l-humanite-disparaitra-bon-debarras-101448903.html

 

 Extrait

“J’ai cru en l’homme. Je n’y crois plus. J’ai eu foi dans l’humanité : c’est fini. J’ai pensé, dit et écrit que mon espèce avait un avenir. J’ai tenté de m’en persuader. Je suis maintenant sûr du contraire : l’humanité n’a nul destin. Ni lendemain qui chante, ni surlendemain qui fredonne.

 

No future: elle est comme une droguée – avide et déjantée, esclave des biens matériels, en souffrance de consommation, asservie à ce qu’elle imagine être la “croissance” ou le “progrès”, et qui sera sa perte.

Si elle ne s’autodétruit pas dans une guerre atomique… Une épave! …

J’ai vu les résolutions de la conférence de Stockholm s’engloutir dans les pollutions, les saccages et les profits boursiers qui s’ensuivent. J’ai regardé le Programme des Nations unies pour l’Environnement se consumer dans les dévastations civiles et guerrières.

Le même sort est advenu à l’appel de Rio de Janeiro de 1992, une ville de carnaval et de favelas où j’avais pourtant vu le commandant Cousteau se faire acclamer devant un parterre de chefs d’État – sacré “Captain Planet” ou “conscience écologique” d’une humanité enfin soucieuse de la maison Terre.

Fariboles à usage médiatique! Le protocole de Kyoto, élaboré en 1997, s’asphyxie dans l’égoïsme forcené des riches – tout comme la planète étouffe dans les excès de gaz carbonique, d’ammoniac et de méthane. J’en ai marre de la perpétuelle dictature des intérêts individuels, familiaux, corporatistes, religieux, communautaires ou nationaux ; du je-m’en-foutisme et de l’hypocrisie; de la bassesse ordinaire ; de l’égoïsme général (je me range, évidemment, sous l’adjectif “général”)."

 

Yves Paccalet

 

  •  

 

Je ne crois ni à la vérité ni à la justice par Jean d'Ormesson

http://lautruche-dans-la-mare.over-blog.com/article-ni-a-je-ne-crois-ni-a-la-verite-ni-a-la-justice-des-hommes-ni-a-nos-fameuses-valeurs-105447954.html

 

 

  •  

 

- Remettre en cause le paradigme dominant -

Par le capitaine Paul WATSON


"C’est une loi naturelle qu’à chaque action corresponde une réaction d’égale intensité. C’est vrai aussi pour les réformes sociétales. On ne peut pas espérer changer la société sans susciter de réaction. Agir, c’est pousser les autres à réagir. Si vous n’agissez pas, il n’y aura aucune réaction, mais on ne change pas un paradigme sans agir, et les paradigmes ne changent pas facilement, ni rapidement.

Le paradigme dominant du monde actuel, c’est l’anthropocentrisme. C’est la croyance que le monde réel est centré tout entier autour de l’espèce homo sapiens. C’est sur cette philosophie que se fonde la domination humaine sur la nature et les autres espèces.

C’est une philosophie à la fois arrogante et ignorante, bien qu’il soit difficile de la percevoir ainsi au sein d’une société qui considère sa relation aux autres espèces à partir d’une position de domination totale et complète.
C’est un système de pensée relativement récent, qui s’est imposé au cours des 10000 dernières années contre la vision indigène du biocentrisme, l’idée que les êtres humains font partie d’un tout, qu’ils sont égaux aux autres espèces.

L’anthropocentrisme est un système de croyances puissant, et c’est de fait la religion dominante du genre humain. Toutes les « religions » établies ne sont que des expressions de l’anthropocentrisme, car presque toutes les religions humaines placent l’homme au centre de la création, ou au centre de l’importance, et toutes les religions humaines modernes mettent l’humanité à part du reste du monde vivant.

Pour cette raison, toute remise en cause de la conception du monde dominante va entraîner une réaction, et cette réaction s’exprimera à travers la critique, allant d’exposés académiques oraux ou écrits jusqu’à l’expression orale et physique de la haine, et le degré de cette réaction est déterminé par l’intelligence des individus concernés.
Un défenseur intelligent de l’anthropocentrisme réagira en soutenant sa position par une argumentation raisonnée, alors qu’une personne moins intelligente réagira par des aprioris, de la peur, de la haine et de la colère.
Il est constructif d’entamer un débat avec un contradicteur intelligent, mais on ne gagne rien à débattre avec un contradicteur moins intelligent, ni même à y prêter simplement attention.

Face à ce dernier, réagir serait une perte de temps, et ce n’est pas une nécessité. Lorsque nous remettons en cause le paradigme dominant, nous devons anticiper les réactions, et donc prendre garde aux agressions physiques ou aux agressions qui menacent notre liberté. On peut cependant ignorer et laisser de côté toute rhétorique vide de sens.

Pendant n’importe quelle campagne, les contradicteurs ignorants s’effaceront peu à peu si on ne leur prête pas attention. Les contradicteurs intelligents fourniront un objectif utile pour nous aider à établir un cadre pour la compréhension du biocentrisme parmi la communauté anthropocentriste.

Quant aux aprioris, à la haine et à la colère, ils ne doivent se heurter qu’à un mur de silence.
Si vous remettez en cause le paradigme dominant, vous devez vous attendre à plusieurs types de réactions. La remise en cause entraîne une réaction, mais il n’est pas nécessaire de répondre à cette réaction. Répondre c’est réagir et, c’est par nature une action défensive.
Celui qui plaide pour le biocentrisme doit toujours rester dans l’offensive, il ne doit jamais être sur la défensive, c’est pourquoi il faut obliger les partisans du paradigme dominant à défendre leur système de croyances contre nature. Le paradigme biocentriste n’a aucunement besoin d’être défendu, car il représente l’ordre naturel des choses, régi par les lois de la nature et de l’écologie.
Une des raisons pour laquelle les Verts sont devenus les nouveaux Rouges, c’est que l’écologie et les droits des animaux sont tous deux des valeurs biocentriques extrêmement fortes, acceptées et même adoptées par un nombre croissant de personnes, si bien que, peu à peu, ces deux idées commencent à constituer une menace.
C’est pour cela que ceux qui militent pour l’écologie et les droits des animaux sont considérés comme une menace plus grande que des militants religieux ou politiques.

Un anthropocentriste de religion chrétienne a plus de choses en commun avec l’anthropocentriste de religion musulmane, et donc il le comprend mieux. Ils peuvent se trouver en opposition violente sur les questions théologiques, mais ils partagent un système de valeurs commun. Par contre tous deux considèrent les biocentristes comme une menace contre leurs valeurs communes anthropocentristes.

Et voilà que, étrangement, nous voyons les écologistes considérés comme des pirates, avec Sea Shepherd qui a été cataloguée « pirate » par un tribunal américain pour s’être opposée à la chasse illégale à la baleine, et Greenpeace classée « pirate » par les Russes, pour s’être opposée à la destruction de l’écosystème de l’océan Arctique.


Le paradigme dominant de l’anthropocentrisme décochera ses flèches accusatrices contre les biocentristes, en les qualifiant d’éco-terroristes, activistes, pirates, radicaux, extrémistes.

Peu importe qu’aucune personne n’ait jamais été blessée par un écologiste ou un militant des droits des animaux, ou que ceux qui portent ces accusations soient des promoteurs de la destruction. Au sein d’un système anthropocentrique contrôlé par des médias anthropocentristes, la non-violence est considérée comme de la violence, et la violence est considérée comme de la non-violence. C’est pourquoi une réaction violente aux conceptions adverses, qu’elles soient anthropocentristes ou biocentristes, est toujours justifiée. Les bûchers où l’on brûlait les sorcières en Europe n’ont pas été remis en cause à l’époque, parce que les sorcières, par le simple fait de leur existence, représentaient ce que les anthropocentristes considéraient comme de la violence. Ils scandaient « Ne laissez pas une seule sorcière en vie », car leur simple existence était une menace contre leur conception du monde. La même chose vaut aujourd’hui pour quiconque ose mettre la nature au même niveau que la mythologie dominante de l’humanité.

S’opposer à l’abattage des arbres, à la pêche, à la chasse aux baleines ou aux phoques, aux forages pétroliers, c’est assumer le rôle de sorcières modernes, et provoquer la colère des foules menacées par des idées qu’elles jugent aliénantes.
J’ai lu récemment un éditorial dans un journal australien, le Telegraph, qui accusait Sea Shepherd d’être une organisation violente qu’il fallait « anéantir » et qui disait que les Japonais devraient couler nos navires avec tous ceux qui se trouveraient à bord. Pour quelle raison ? Parce que nous sommes « violents ».
Cette « violence » n’a rien à voir avec le fait de blesser ou de tuer, ni même de nuire à la propriété privée, car personne n’a été blessé et aucune propriété n’a été endommagée. Dans leur esprit, la « violence » c’est simplement la nature de nos pensées et de nos points de vue, la menace que nous créons par la philosophie que nous adoptons.

C’est pourquoi appeler à la mort de militants non violents est considéré comme une position justifiée et socialement acceptable.

Les Russes ont même accusé Greenpeace d’être une menace pour l’écosystème de l’Arctique, parce qu’ils se sont opposés aux forages pétroliers dans l’Arctique.
L’anthropocentrisme peut être défini comme la folie écologique de l’humanité.

Remettre en cause un paradigme sociétal puissant, s’y opposer et le vaincre, cela nécessite une patience phénoménale. Un système de croyances maintenu par une psychose collective de masse est une force sociétale puissante.

Ce qui est extraordinaire, c’est le progrès incroyable fait au cours des quarante dernières années. Il y a quarante ans, personne ne savait ce qu’était un végan, on n’avait jamais entendu parler de réchauffement climatique, et la chasse, la pollution et le déboisement des forêts ne suscitaient aucune controverse.

Nous ne pouvons pas espérer renverser en une nuit les piliers de l’anthropocentrisme, mais nous progressons, et des idées comme l’écologie profonde, les droits des animaux et le statut légal des espaces sauvages sont devenues des idées qui gagnent de plus en plus d’adeptes chaque année.

Les quatre vertus nécessaires pour vaincre le paradigme dominant sont 1 – la Patience, 2 – l’Imagination, 3 – la Passion, 4 – le Courage.

Etre biocentriste, c’est accepter la réalité du continuum de la vie, et l’idée que chacun d’entre nous baigne dans ce continuum pour un temps limité, et que pourtant nous faisons partie d’un tout bien plus grand que nous-mêmes en tant qu’espèce, nous faisons partie d’un réseau complexe de diversité qui permet la perpétuation de la vie sur cette planète.

C’est comprendre que toutes les espèces sont interconnectées, que cette interconnexion est la base de la biodiversité, et que cette biodiversité permet à l’interdépendance de se perpétuer.

Plus cette idée gagnera de terrain, plus l’opposition aux comportements destructeurs anthropocentristes sera forte. De plus en plus de gens se dresseront contre les Goliath de l’apocalypse, ceux qui tirent profit de la destruction. Les partis politiques Verts deviendront plus forts, l’action militante remportera de plus en plus de succès, et les pensées et actions actuellement considérées comme extrémistes deviendront majoritaires.

Je crois au pouvoir des mouvements, et je crois au pouvoir des idées pour donner du pouvoir aux mouvements, et j’ai vu émerger un mouvement puissant au cours des quarante dernières années, qui devient chaque année plus fort, et ce mouvement c’est la résurrection du biocentrisme et l’évolution croissante de la compréhension de l’écologie profonde."

Remettre l'Homme à sa place !

Remettre l'Homme à sa place !

Illégal et légal ? Société mafieuse et hypocrite ! Tuer c'est légal; sauver, protéger et détenir un animal sauvage c'est illégal. Décision des troudukus qui se nomment lait-gis-délateurs !

Illégal et légal ? Société mafieuse et hypocrite ! Tuer c'est légal; sauver, protéger et détenir un animal sauvage c'est illégal. Décision des troudukus qui se nomment lait-gis-délateurs !

L'Homme abject !   Visuel by Era

L'Homme abject ! Visuel by Era

Repost 0
Commenter cet article

rio 12/04/2013 08:19


Ooops.....désolée, oublié de préciser que c'est en france, à Brest; il s'agit du refuge/fourriére de la ville, tenue par une asso privée dont le président reçoit les gens (et les animaux) en état
d'ébriété avancée,conditions d'hygiène épouvantables ( pas de médicaments ni même d'eau courante, épidémies de parvoviroses fréquentes etc....) Bardot a envoyé une lettre au maire, j'en ai saisi
30 millions d'amis et l'émission d'Inter "vivre avec les bêtes" de Bougrain Dubourg, mais il faut virer ces Thénardiers...

rio 02/04/2013 09:25


Bonjour, je ne sais pas qui vous êtes mais nous (un collectif de citoyens) sommes à la recherche d'appuis pour faire cesser l'activité d'un "refuge" SPA qui n'a de refuge que le nom, conditions
d'hygiènes déplorables, euthanasies en masse etc....nous avons un dossier de témoignages. Toute aide est bienvenue, si vous pouvez qque chose, merci de me contacter pour de plus amples
informations


Cordialement

Dans la gorge de Damoclès 11/04/2013 22:22



Oui, mais quel pays, quelle ville ?


 


A bientôt.


 


Patrick Fraselle



Clovis Simard 20/08/2012 13:09


Blog(fermaton.over-blog.com),No-20. - THÉORÈME du DON. - Une société de serviteur ?

Décoration végétale 10/08/2012 01:05


La stérilisation carbonique est une catastrophe écologique majeure qui a déjà eu lieu dans l'histoire de la Terre (ce point sera
démontré plus loin).