Fin de José Bové : l'ange vert est démasqué ! Par Michel Tarrier

Publié le 30 Juillet 2012

Boveloup-copie-1.jpg

Rediffusé par Patrick Fraselle

Fin de José Bové : l'ange vert est démasqué !

 

 

250 lectures30 juillet 2012, 15 h 16

J.Bove_poingDR

José Bové, agro-écolo infiltré et allié d'EELV, demande aux éleveurs de tuer le loup de n'en rien dire... 20 ans que lui et sa Conf' roulent les vrais écologistes dans le Roquefort... On s'en doutait un peu selon les dire de ceux qui s'y sont frottés innocemment, Bové n'est qu'un fourbe stratège politique, comme les autres.

 

 

 

Depuis 1999 que José Bové et sa Confédération paysanne procédèrent au spectaculaire « démontage » du McDo de Rodez, bénéficiant d'un relai médiatique d'une ampleur exceptionnelle, nous étions déjà un certain nombre à relativiser les glorieuses actions de Bové par ses agapes charcutières et l'apologie du Roquefort capitaliste dont l'exportation engendre un pastoralisme ovin exacerbé qui pèse très lourd dans la déconstruction des écosystèmes régionaux et dans la désertification induite.

Écoutez-le cracher le morceau, superbement piégé dans ses dernières recommandations à ses disciples :

 


 

 

Retour sur l'image de l'Astérix des temps modernes

Revenons à nos moutons, ou plutôt à ceux de José Bové qui cautionne tout de même le régime carnivore dans tous ses excès, le fromage de Roquefort qui est un lobby laitier franchouillard, la filière ovine qui participe trop souvent au recul de la flore. Bové l'Astérix des temps postmodernes, bon vivant qui en fait des caisses, se folklorise à l'extrême, cultive l'image bonhomme d'une paysannerie que certains estiment surannée, etc., on pourrait en dire et trouver à redire. Mais Bové et ses faucheurs volontaires s'interposent face à l'immonde horizon des cultures transgéniques qui, de toute évidence, représentent un danger d'un niveau encore jamais inventé à l'encontre du Vivant, des pollinisateurs, de toute la biodiversité, des libertés de semer et en cela l'acte est éthique, voire même bioéthique. Bové figure donc dans la noble galerie des sentinelles de la Terre-patrie, des guetteurs apparemment animés d'une conscience universelle dont la plupart des Terriens sont amnésiés.

Mais le temps est venu de faire le ménage déontologique et de déboulonner ceux qui ont participé à la mort fatale de l'écologisme.

Par souci de la doctrine biocentriste, on se doit donc d'éliminer Bové coupable de bergerie, comme de huer Hulot pour être l'homme-sandwich de L'Oréal, pour se déplacer en hulocoptère polluant, pour avoir écrit les paroles des crédos verts d'un Chirac éco-tartuffe, comme de disqualifier Artus-Bertrand pour avoir couvert une dizaine d'anti-écologiques Paris-Dakar et photographié le salon de l'agriculture, temple de l'anthropocentrisme spéciste, comme de discréditer le WWF à cause de ses fondateurs et de ses partenaires discutables, comme de ridiculiser l'Institut océanographique Paul Ricard pour ses relents budgétaires éthyliques, et que dire alors des culpabilités sur lesquelles sont assises les fondations Total pour l'environnement et la biodiversité, Aga Khan pour le développement, Prince Albert II de Monaco pour l'environnement ?! L'OPA des affairistes débraillés ou cravatés sur l'écologie, certaines appartenances laconiques et la reconversion « environnementesque » pour s'emmitoufler dans une semi-bonne conscience ne sont pas des révélations. Et Bové, dans tout cela, n'est qu'un filou comme les autres.

Bové restera dans le générique méritoire des martyrs du combat, même s'il a su en tirer parti haut la main au lieu de se désespérer d'être pris comme bouc émissaire par les institutions. Mais il était ainsi forgé. L'homme contestataire commence très jeune à s'afficher en rebelle de la bienpensance, se faisant virer d'un lycée parisien en 1968 pour apologie des drogues dans une dissertation. Subversif par essence et par conscience, le paysan du Larzac (en fait de naissance girondine) affiche son indigénat avec noblesse, comme il se doit être quand on est enraciné de quelque part et non allogène, angle traditionnel qui n'implique nullement une quelconque xénophobie mais qui se veut de mettre les choses en place. Les gens sont fonctions des lieux et il existe un certain ordre des choses. L'anti-américanisme n'est pas un racisme mais une contre-culture, une résistance à un envahisseur trop souvent grossier. Bové devint vite une icône de la désobéissance civile, s'opposant contre vents et marées aux lois jugées iniques, et s'arrogeant le droit légitime à ne pas les respecter. C'est un peu un disciple d'Antigone qui, dans la mythologie grecque, défendait les lois non écrites du devoir moral contre la fausse justice de la raison d'État. Le précepte d'Antigone « Ne dévaste pas la terre avec la violence de tes mains » aurait pu lui aller comme un gant si nous ne l'avions pas pris la main dans le sac.

En 1973, il refuse tout autant l'incorporation militaire que l'objection de conscience, puis milite contre l'extension du programme militaire sur le plateau du Larzac où il assied sa notoriété de tribun des causes louables. Il s'investit alors dans un éventail de combats de terroirs, notamment dans la négociation des producteurs de lait avec la société Roquefort. En 1987, il créé dans la foulée la Confédération paysanne qui lui servira de plateforme pour sa tenace contestation de la mondialisation ultralibérale. On le retrouve en Polynésie en 1995 où il rejoint l'opposition à la reprise des essais nucléaires décidée par Chirac. En 1999, l'Europe refusant l'importation du bœuf américain aux hormones, les États-Unis surtaxent par l'entremise de l'OMC certains produits français comme le Roquefort. En représailles et aussi pour accuser la malbouffe et défendre la tradition des produits du terroir, la Confédération paysanne « démonte » un réfectoire Mac Donald en construction à Millau. Bové est arrêté, brandit ses menottes devant les caméras des télévisions et se voit condamné à trois mois de prison. Le héros, tout aussi héraut dans ses proclamations, est né de la répression, bonne guerre spontanée. Membre fondateur d'ATTAC, l'homme du cru, Maurin des Maures aux moustaches viriles et à la pipe bucolique, apparaîtra dès lors dans tous les rassemblements altermondialistes, clamant en chœur lors des grands sommets internationaux son opposition au type de mondialisation turbo-libérale imposée : Seattle, Davos, Gênes, Porto-Alegre... Il est à l'origine, avec Jean-Baptiste Libouban (membre des Communautés de l'Arche, fondées par le philosophe de la paix Lanza del Vasto) du sympathique mouvement des faucheurs volontaires, fondé en 2005, soutenu par les Verts et dont il est un leader emblématique. L'objectif est la destruction des plants d'OGM, réalisée par arrachage manuel et non par fauchage, lors de manifestations se voulant non-violentes mais le plus souvent exacerbées par une présence disproportionnée des forces de l'ordre. C'est ainsi que le 25 septembre 2004, lors d'une action citoyenne à Valdivienne, dans la Vienne, trois cents militaires lancèrent, des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes sur le demi-millier de faucheurs présents et qu'il y eut dix-sept blessés.

Le 5 août 2007, un éleveur de porcs de Girac (Lot) du nom de Claude Lagorse se pend à un arbre parce qu'il craignait d'être désigné à la vindicte pour cultiver plus ou moins secrètement du maïs transgénique pour nourrir ses cochons. Au pied de l'arbre, les gendarmes ont retrouvé un plant de maïs et un tract de la Confédération paysanne appelant à un pique-nique débat anti-OGM dans la commune de l'éleveur. « C'est le drame de trop » dénonçaient la FNSEA et les Jeunes Agriculteurs. « Jusqu'à quand, quel autre drame doit-on encore attendre pour que la situation soit définitivement clarifiée et que justice et forces de l'ordre fassent le travail que l'on est en droit d'attendre d'eux ? » ont-ils ajouté, questionnant sur l'immunité dont bénéficient les militants anti-OGM. « La désobéissance civile continue », déclarait José Bové au lendemain du suicide de Claude Lagorse. La nuit suivante 17.000 pieds de maïs génétiquement modifiés étaient détruits en Ardèche. Interrogé par Libération, lui demandant s'il avait mauvaise conscience de ce suicide, Bové rétorqua à juste titre que « C'est surtout l'occasion d'une instrumentalisation pour diaboliser les arracheurs et mieux faire avancer la cause des pro-OGM ». Depuis, le malaise des paysans vire à la colère. Les langues se délient, les témoignages affluent : « Les cultures de maïs OGM ont beau être légales, nous sommes obligés de vivre cachés, expliquent les agriculteurs. Sinon, nous risquons gros. Les faucheurs volontaires saccagent nos récoltes. Nous subissons la pression permanente de ces militants écolos. Coups de téléphones anonymes, lettres d'injures, insultes... »

Sous la plume de Josée Pochat, Valeurs Actuelles du 17 août 2007 publiait un papier évidemment partial, il ne faut pas remettre en question les « valeurs actuelles » : « Les agriculteurs ne sont pas les seuls à subir ce type d'intimidation ou ces actes de vandalisme de la part d'organisations écologiques ou encore de défense de la cause animale. Des pans entiers de l'économie sont visés. (...) Le FBI, qui considère les mouvements écologistes radicaux défendant une cause animale ou environnementale comme la deuxième menace terroriste, après le fondamentalisme islamique. (...) La déclaration de Chris Derose, l'un des membres d'ALF, permet de mieux comprendre l'état d'esprit des militants... et d'imaginer les méthodes qu'ils sont prêts à employer : « Un seul rat mort pour trouver un remède à toutes les maladies serait déjà inadmissible. » (...) Certains mouvements intégristes, au nom de la défense de la planète cette fois, développent des thèses sidérantes. Comme le Mouvement pour l'extinction volontaire de l'espèce humaine, qui explique que la Terre se porterait bien mieux sans les êtres humains. Ses membres conseillent aux hommes d'arrêter de se reproduire. (...) Autre mouvement bien connu des Américains : l'ELF (Earth Liberation Front). En 1998, l'ELF avait incendié un restaurant et détruit des remonte-pentes d'une petite station du Colorado. Les auteurs de l'attentat expliquaient que les constructions de la station détruisaient l'habitat des lynx canadiens, espèce en voie de disparition. Six ans plus tard, le FBI estimait que le Front de libération de la Terre était responsable de 600 actes criminels qui auraient causé 43 millions de dollars de dégâts. ».

José Bové s'est donc battu avec conviction pour d'innombrables grandes causes : contre la direction prééminente du monde par les nations du G8, de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international ; en soutien au droit des paysans à disposer d'une terre (La terre est à celui qui la cultive...), notamment en solidarité au mouvement brésilien des sans terre, à la lutte des paysans palestiniens et à beaucoup d'autres ; en solidarité pour les mouvements de libération des Tahitiens et des Kanaks ; pour l'inscription de la souveraineté alimentaire comme droit de l'homme ; pour l'annulation de la dette des pays pauvres ; pour l'accès libre et le respect des ressources naturelles vitales (Le monde n'est pas une marchandise...) ; contre le brevetage et l'appropriation capitaliste du Vivant et bien évidemment l'irruption dans l'agriculture des organismes génétiquement modifiés ; contre le racisme, pour l'égalité des sexes, le droit au logement et contre la pratique barbare des rafles policières des sans-papiers ; en faveur d'un contrôle citoyen sur la rénovation des quartiers, pour une taxation des transactions financières et en faveur des transports collectifs non polluants ; pour le développement des énergies renouvelables et pour l'arrêt total du projet nucléaire du réacteur pressurisé européen (EPR)...

Tel est le palmarès des causes auxquelles il associa ses salutaires happenings et qui lui valurent toutes sortes de persécutions juridiques et policières. Rien que ses actions de désobéissance relatives à l'arrachage des champs d'essais d'organismes génétiquement modifiés lui ont valu un total de condamnations à dix mois de prison ferme, dont il ne fera qu'à peine deux mois. Vingt-deux mois ont en tout été prononcés contre lui, partiellement graciés. Malgré la sympathie qu'il suscite, victime de l'effet du vote utile et de la dispersion de la gauche antilibérale, n'a réunit que 1,3 % des voix aux présidentielles.

Le faux-pas scélérat

Aujourd'hui, tandis que tout écocitoyen tente d'investir ses efforts dans une reconstruction de la biodiversité, José Bové suggère à ses ouailles de tuer le loup, et donc aussi l'ours, sans hésiter, en catimini. C'est absolument dégueulasse. Aujourd'hui, José Bové rejoint le clan des paysans voyous. Est-ce une révélation ? Pas vraiment. Voyous à l'encontre du Vivant, tous les paysans le sont. Y compris ceux masqués de bio.

Avec force de leurs arguments, nos agriculteurs montagnards s'opposent farouchement aux réintroductions de l'ours et du loup, pourtant anciens commensaux de l'homme et de son pastoralisme. La biodiversité n'est qu'une empêcheuse d'élever et de cultiver en rond. Quand le paysan parle de diversité animale, c'est avec des œillères et il ne pense qu'animaux productifs. Un animal non domestiqué n'a pas à exister. « Nous, paysans d'une vingtaine de pays européens et d'autres continents, appelons les éleveurs à continuer à protéger et à garantir la diversité animale créée depuis des siècles, par les savoir-faire de générations de paysans: diversité des races ou des populations, diversité au sein des troupeaux », déclare une Confédération paysanne qui ne voit l'animal que sous forme d'abats.

Auteur

avatar Michel Tarrier

Sources originelles de l'article

http://www.notre-planete.info/actualites/actu_3441_Jose_Bove_loup.php

  •  

 

Patrick FRASELLE

Copyright - Patrick FRASELLE

Le 30 juillet 2012 for - texts, links and pictures - checked and locked and saved.

© Juillet 2016 Patrick Fraselle - Tous droits réservés.


La collecte de textes n'est pas souhaitée.
Respectez la propriété intellectuelle.
Ce site est protégé.
Si toutefois vous désirez l'une ou l'autre partie de texte pour une utilisation, adressez-vous directement à l'auteur - mulittpsy@hotmail.com - qui se fera un plaisir de vous donner son accord. Il est aussi impératif et obligatoire de citer vos sources si vous rebloguez un texte.

Tous les textes présents sur ce site sont aussi protégés par le copyright des éditeurs ainsi que par la Sabam. 
Web Master : Patrick FRASELLE

Une faute d'orthographe, une coquille, une image absente, une vidéo désactivée ou un lien mort, prévenez l'auteur, il vous remerciera.

Rédigé par Michel TARRIER

Publié dans #José BOVE, #Loups, #Biodiversité

Repost 0
Commenter cet article

Sandrine 22/03/2014 22:04

Le loup était là avant nous ! Aux éleveurs de faire leur travail de protection ! Quant à Bové ça ne m'étonne même pas de lui...

lecall 21/06/2013 18:52

je préfere que l'on tue les loups que les brebies

lecall 21/06/2013 18:51

je préfère que l'on tue les loups que les brebies qui se font massacrer, le loup est un carnivore qui n'a rien à faire en france